Bioéthique : le transfert d’embryon post-mortem validé en commission

Bioéthique : le transfert d’embryon post-mortem validé en commission
Bioéthique : le transfert d’embryon post-mortem validé en commission
Faire un bébé après la mort du père pourrait être autorisé en France. La commission spéciale sur la bioéthique à l’Assemblée s’est prononcée en faveur du transfert d’embryon post-mortem sous certaines conditions.
A lire aussi

C’est à peu près la seule ouverture présente dans le projet de révision des lois bioéthiques : le transfert d’embryon post-mortem a passé l’épreuve de la commission spéciale. Ce groupe de députés réuni depuis lundi avant que le texte ne soit soumis au Parlement (à partir du 8 février) a validé le recours au transfert d’embryon après la mort du géniteur, à condition que la démarche de fécondation in-vitro ait été entamée par le couple avant le décès du conjoint. Les embryons congelés pourront être réimplantés dans l’utérus de la femme sur décision de celle-ci dans les 6 mois qui suivent la mort du père, un délai qui pourra être prolongé jusqu’à 18 mois pour permettre plusieurs tentatives. Si le couple est divorcé ou si la veuve se remarie, la procédure sera impossible. L’insémination post-mortem en revanche restera interdite.
Par la voix de la secrétaire d’Etat chargée de la Santé, Nora Berra, le gouvernement s’était opposé à cette mesure, arguant que ce type de procédure allait « faire naître un orphelin ». Ce volet de la révision des lois bioéthiques ne manquera pas de susciter les débats lors de son passage à l’Assemblée.

VOIR AUSSI

Lois bioéthiques : une révision qui ne révise pas
Bioéthique : le don d’ovule assoupli
Lois bioéthiques : le don de gamètes devrait rester anonyme

Plus d'actu sur : La bioéthique en questions

Bioéthique : vers une autorisation de la recherche sur l’embryon ?
Assistance sexuelle : le comité national d'éthique dit non
Bioéthique : un bébé à trois parents biologiques