Red Bull : doit-on interdire les boissons énergisantes ?

Red Bull : doit-on interdire les boissons énergisantes ?
Red Bull : doit-on interdire les boissons énergisantes ?
Au lendemain de l'adoption par les députés de la taxe Red Bull, les doutes persistent quant à la dangerosité des boissons énergisantes. Alors que l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation appelait encore très récemment à la plus grande prudence face à ces produits, une mère dont la fille est décédée d'une crise cardiaque exige leur interdiction.
A lire aussi
Taxe sodas : les boissons énergisantes davantage taxées ?
argent
Taxe sodas : les boissons énergisantes davantage taxées ?


Alors que l’Assemblée nationale vient de voter la création d’une taxe sur les boissons énergisantes dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances de la Sécurité sociale, le doute persiste quant à la nocivité de ces dernières, régulièrement soupçonnées de favoriser les accidents cardiaques. Interdits à la vente en France jusqu’en 2008, la commercialisation de ces produits, dans une version allégée en taurine, avait finalement été autorisée par le ministère des Finances sous la pression de Red Bull.   

>> Lire notre enquête sur les boissons énergisantes et leurs arguments de vente <<

Aussi, si elle n’interdit pas la vente des energy drinks telles que le Red Bull, le Monster ou le Burn, l’adoption du texte est motivée par le risque de ces produits pour la santé et vise à en contrôler la consommation, voire la décourager. Député socialiste de la Haute-Garonne et rapporteur du texte, Gérard Bapt revendique d’ailleurs une mesure « à visée non pas de recettes » mais « comportementale ».

Boissons énergisantes et alcool : un cocktail mortel ?

De son côté, début octobre, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) recommandait aux enfants et adolescents d'éviter la consommation de boissons énergisantes et de ne pas les associer à de l'alcool ou à des exercices physiques intenses. Dans son avis elle relevait en effet plusieurs pathologies probablement liées à leur consommation, et notamment des effets « cardiologiques » et « neurologiques ».  L’autorité pointait par ailleurs la responsabilité de ces produits dans plus d’une vingtaine de cas d’infarctus du myocarde.

À 43 ans, la mère de Kimberley est absolument convaincue de la dangerosité de ces boissons et elle en demande aujourd’hui l’interdiction, ainsi que le révèle Presse Océan. En cause, la crise cardiaque de sa fille survenue après que celle-ci a ingéré un mélange d’alcool et de Red Bull. Après le drame, l’Anses avait effectivement confirmé que le cocktail était à l’origine du décès de l’adolescente de 16 ans.

À noter que selon les estimations, 60 millions de litres d’energy drinks sont consommés chaque année par neuf millions de Français, dont un quart aurait entre 14 et 25 ans.

VOIR AUSSI

Les boissons énergisantes bientôt problème de santé publique aux Etats-Unis ?
Banane vs energy drinks : des apports en glucides équivalents
Boissons énergisantes : le gouvernement appelle à la vigilance