La pauvreté fragilise les familles monoparentales de plus en plus nombreuses

La pauvreté fragilise les familles monoparentales de plus en plus nombreuses
La pauvreté fragilise les familles monoparentales de plus en plus nombreuses
Dans cette photo : Bertrand Delanoë
Le nombre de familles monoparentales françaises ne cesse d’augmenter. Fragilisées au moment de la séparation, leur niveau de vie est souvent en dessous du seuil de pauvreté.
A lire aussi
Faustine Bollaert : elle veut une famille nombreuse avec son mari Maxime Chattam
couple
Faustine Bollaert : elle veut une famille nombreuse avec...

Le nombre de familles monoparentales est passé de 6 à 16% de la population entre 1968 et 2005, ce qui constitue une augmentation de 150%, selon un rapport de l'INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques).
Pour ces familles aux profils très variés (région, statut social, métier), on ne peut trouver que deux points communs : 90% des familles monoparentales ont pour seul parent une femme. Et leur pouvoir d'achat s’affaiblit dès la séparation : 30% des personnes issues de familles monoparentales vivaient en dessous du seuil de pauvreté en 2008.
A Paris, où le nombre de familles monoparentales est supérieur de 8% au reste de la France, le maire de la capitale, Bertrand Delanoë, compte leur accorder des aides particulières pour 2011.

Sophie Ughetto

VOIR AUSSI

Peut-on être à la fois un père et une mère ?
Deux millions d'enfants pauvres en France
Les femmes, premières victimes de la pauvreté