"Mais tu l'as vue la nana ?" : quand les chroniqueurs de RMC véhiculent la culture du viol

Affaire Neymar : Les propos sexistes de Daniel Riolo et Jérôme Rothen ne passent pas
Affaire Neymar : Les propos sexistes de Daniel Riolo et Jérôme Rothen ne passent pas
Dans l'émission "L'After RMC", les deux chroniqueurs sportifs Daniel Riolo et Jérôme Rothen ont critiqué le physique de la jeune femme qui accuse le footballeur Neymar de viol. Des remarques sexistes et misogynes qui choquent, à juste titre.
A lire aussi
"Audrie & Daisy" : la culture du viol au coeur d'un documentaire saisissant
News essentielles
"Audrie & Daisy" : la culture du viol au coeur d'un...

Le 6 juin, dans l'émission de football L'After RMC, les deux chroniqueurs sportifs Daniel Riolo et Jérôme Rothen (ancien footballeur) sont revenus sur l'affaire Neymar. Pour rappel, le footballeur brésilien qui évolue comme attaquant au Paris-Saint Germain est accusé de viol par Najila Trindade Mendes de Souza, une Brésilienne de 26 ans qu'il aurait invité dans sa chambre d'hôtel proche de l'Arc de Triomphe.

On aurait pu penser que les deux hommes se contenteraient d'évoquer les faits et s'en tiendraient là, voire qu'ils annonceraient la suite des événements concernant l'enquête en cours. Mais non. Ils se sont plutôt penchés sur un autre critère : le physique de la victime supposée.

"Dans l'histoire de Neymar j'ai pas pu m'empêcher de penser à un truc un peu con. Mais la nana, tu l'as vue la nana ?", lance Daniel Riolo. Des propos "effectivement très cons", comme l'interrompt le journaliste Nicolas Vilas, ce qui n'a pas eu l'air de freiner le premier dans sa course à la "connerie" insultante et sexiste : "Je m'attendais à ce que ce soit un avion de chasse intersidéral. J'étais vachement déçu".

Jérôme Rothen surenchérit : "C'est de la deuxième division, ça", dit-il en parlant de Najila Trindade (une femme, donc, et non une chose comme le "ça" le laisse entendre). Au milieu, le journaliste sportif Nicolas Vilas tente de les faire réagir sur la gravité de la situation : "Mais les mecs, vous êtes tarés ! Vous n'allez pas faire de débat là-dessus, ça n'a rien à voir !".

Manque de pot, les Riolo et Rothen préfèrent s'enfoncer toujours plus : "Quand tu t'appelles Neymar, normalement c'est Champions League mais là (...) Elle joue les barrages, c'est un Lorient quoi", ajoute Jérôme Rothen, épaulé par un rire de Riolo. Nicolas Vilas finit par les faire taire, mais la polémique ne sera pas étouffée pour autant.

Culture du viol et sexisme primaire

Suite à cette séquence lunaire, la secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes Marlène Schiappa a dénoncé ces propos honteux qu'elle a également signalés au CSA : "Au-delà de leur bêtise crasse, de leur méchanceté notoire et de leur méconnaissance de la culture du viol, ils offensent les femmes (et par ailleurs nuisent à l'image du foot)".

Elle ajoute également : "Je pense à toutes les femmes qui hésitent à dénoncer / porter plainte après avoir été violées ou agressées sexuellement & qui craignent ce type de remarques." Une déclaration similaire à celle de la Société des journalistes (SDJ) de RMC, qui condamne "fermement les propos sexistes et injurieux tenus (...) à l'égard de la jeune femme qui a déposé plainte pour viol contre le joueur du PSG Neymar", rapporte Franceinfo.

Les deux chroniqueurs ont à leur tour rapidement présenté des excuses, qualifiant leur intervention de "juste mauvais[e]", "pas acceptable" et affirmant qu'ils regrettaient avoir tenu de tels mots. La militante féministe Caroline de Haas en a profité pour épingler le terme "mauvais", qu'elle juge en inadéquation totale avec la gravité de la séquence.

Et on ne pourrait être plus d'accord.

UPDATE du 10 juin à 17h : la direction de RMC a réagi et a suspendu Jérôme Rothen et Daniel Riolo, comme l'annonce Le Parisien. "Nous condamnons fortement les propos tenus à l'antenne par Jérôme Rothen et Daniel Riolo. Ils sont inacceptables", a déclaré le directeur général de la chaîne RMC Sport, Laurent Eichinger.