people
130 collectifs et militantes féministes prennent la défense d'Amber Heard
Publié le 17 novembre 2022 à 16:51
Par Maïlis Rey-Bethbeder | Rédactrice
Maïlis Rey-Bethbeder aime écrire, le café, traîner sur les réseaux sociaux et écouter de la musique. Sa mission : mettre en lumière les profils, les engagements et les débats qui agitent notre société.
Cinq mois après le verdict du procès ultra-médiatique qui opposait les acteurs et ex-époux Amber Heard et Johnny Depp, plus de 130 collectifs et militant·e·s féministes dénoncent dans une lettre ouverte le harcèlement et les fausses accusations qui ont circulé sur l'actrice.
130 collectifs et militantes féministes prennent la défense d'Amber Heard
La suite après la publicité

"La diffamation subie par Mme Heard et le harcèlement en ligne continu de cette dernière et de ceux qui lui ont exprimé leur soutien ont été sans précédent" ont écrit dans une lettre ouverte plus de 130 collectifs et militant·e·s féministes, cinq mois après le verdict du procès médiatique qui a opposé les deux ex-époux Johnny Depp et Amber Heard.

Johnny Depp accusait son ex-femme de l'avoir diffamé dans un éditorial de 2018 du Washington Post, dans lequel elle se décrivait comme "une personnalité publique représentant la violence domestique". L'article ne nommait pas l'acteur, mais la star de Pirate des Caraïbes a intenté une action en justice pour "laver son nom". Amber Heard avait contre-attaqué en l'accusant à son tour de diffamation.

Le procès très suivi qui a eu lieu en mai dernier en Virginie a eu un écho mondial et a exposé Amber Heard à des rumeurs, des insultes et du harcèlement. A l'issue du verdict, le 1er juin, le jury a accordé 2 millions de dollars à Amber Heard et 15 millions de dollars à Johnny Depp. Les deux parties ont depuis fait appel de cette décision, mais Amber Heard a été considérée comme la "perdante" de ce procès.

Pourtant, à Londres, en 2020, Amber Heard avait témoigné en faveur du tabloïd The Sun, qui avait qualifié Johnny Depp de "cogneur d'épouse". Elle avait raconté une dizaine d'agressions dont elle aurait été victime durant leur mariage. À l'époque, le juge en charge du dossier avait estimé que la plupart des faits rapportés lui semblaient "substantiellement vrais" et Johnny Depp avait donc perdu son procès en diffamation contre le tabloïd britannique.

"Nous condamnons l'humiliation publique d'Amber Heard"

"À notre avis, le verdict du procès Depp vs Heard et le discours continu autour de celui-ci indiquent une incompréhension fondamentale de la violence conjugale et sexuelle et de la manière dont les survivantes y réagissent", estiment les signataires, parmi lesquels figurent les associations Refuge, la Women's March Foundation, ou encore l'actrice Constance Wu.

Dans cette courte lettre ouverte, les auteurs et autrices du texte affirment qu'"une grande partie de ce harcèlement était alimentée par la désinformation, la misogynie, la biphobie et un environnement de réseaux sociaux monétisé où les allégations de violence domestique et d'agression sexuelle d'une femme étaient moquées à des fins de divertissement".

D'autant plus que "les mêmes mécanismes de désinformation et de blâme des victimes sont maintenant utilisés contre d'autres personnes qui ont témoigné d'abus", soulignent les signataires. "Les conséquences néfastes de la diffusion de cette désinformation sont incalculables. Nous sommes très préoccupés par l'utilisation abusive croissante des poursuites en diffamation pour menacer et réduire au silence les survivants."

"Nous condamnons l'humiliation publique d'Amber Heard et nous la soutenons. Nous soutenons la capacité de tous à signaler la violence conjugale et sexuelle sans harcèlement ni intimidation", concluent les associations et les militant·e·s.

A l'issue du verdict, Amber Heard avait déclaré : "Je suis dévastée par le fait que la montagne de preuves n'ait pas été suffisante pour faire face au pouvoir, à l'influence et à l'ascendant bien plus importants de mon ex-mari. Je suis encore plus déçue par ce que ce verdict signifie pour les autres femmes. C'est un revers. Cela remet en cause l'idée que la violence envers les femmes doit être prise au sérieux".

Mots clés
people Société Violences conjugales femmes News essentielles Buzz
Sur le même thème
"L'avortement ne tue pas, il sauve des vies" : la réponse des voix féministes à CNews play_circle
Société
"L'avortement ne tue pas, il sauve des vies" : la réponse des voix féministes à CNews
27 février 2024
Les meufs prennent enfin le pouvoir aux Victoires de la Musique play_circle
Culture
Les meufs prennent enfin le pouvoir aux Victoires de la Musique
9 février 2024
Les articles similaires
Amber Heard serait la star la plus détestée au monde (et c'est un vrai sujet de société) play_circle
Société
Amber Heard serait la star la plus détestée au monde (et c'est un vrai sujet de société)
23 mai 2024
#MeToo : Sandrine Kiberlain s'exprime sur l'affaire Edouard Baer : "ce qu'il a dit est très parlant !" play_circle
Société
#MeToo : Sandrine Kiberlain s'exprime sur l'affaire Edouard Baer : "ce qu'il a dit est très parlant !"
3 juin 2024
#MeToo : "Coline est une victime, elle n'est pas folle !", défend Marilou Berry play_circle
Société
#MeToo : "Coline est une victime, elle n'est pas folle !", défend Marilou Berry
10 mai 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news