C'est quoi la théorie de l'attachement ?

C'est quoi la théorie de l'attachement ?
C'est quoi la théorie de l'attachement ?
Selon un psychologue anglais, nos comportements amoureux pourraient être définis par notre façon de s'attacher ou non aux autres. C'est ce qu'il explique dans sa théorie de l'attachement.
A lire aussi
Au fait, c'est quoi la charge mentale maternelle ?
News essentielles
Au fait, c'est quoi la charge mentale maternelle ?

Dans un couple, chacun va à son rythme. Si votre meilleure amie emménage avec son nouveau copain au bout de trois mois, ce n'est pas une raison pour faire exactement la même chose qu'elle. Si vous, vous êtes encore célibataire, ce n'est pas grave. Vous avez besoin d'y aller à votre rythme, tout simplement.

Mais alors, pourquoi personne n'avance de la même manière en terme de relation amoureuse ? Selon le psychologue anglais John Bowlby, cela aurait un rapport avec la théorie de l'attachement, qu'il a lui-même élaborée dans les années 1950.

Ainsi, vos échecs ou votre réussite amoureuse serait liés à votre façon d'aimer ou justement, de ne pas aimer certaines personnes.

À l'origine, cette théorie a été établie sur les liens qui unissent les nourrissons et leurs parents. Ensuite, elle a été développée pour convenir aux relations amoureuses et amicales, comme le dévoile le site Pure Wow.

C'est quoi la théorie de l'attachement ?

Pour établir cette théorie de l'attachement, John Bowlby a cherché à comprendre comment et pourquoi les individus réagissent au sein de leurs relations, qu'elles soient familiales, amoureuses ou amicales. Selon lui, il existe quatre types différents d'attachements, qui peuvent alors déterminer le choix des partenaires, de l'évolution des relations, etc.

Comme l'explique le site Psychology Today dans un article consacré à cette théorie, il faudrait donc réussir à déterminer son propre style d'attachement pour mieux se connaître et ainsi faire les bons choix sentimentaux. Une étude, menée par d'autres psychologues américain·es et publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology en février 2000, appuierait cette idée.

Les quatre styles d'attachement sont le style d'attachement sécure, le style d'attachement insécure évitant, le style d'attachement insécure anxieux et le style d'attachement désorganisé.

Selon la théorie, chaque individu correspondrait à l'un de ces comportements et celui-ci serait établi dès l'enfance, en fonction des relations qu'il a pu nouer avec ses parents.

Le style d'attachement sécure

Ce sont les personnes les plus à l'aise dans les relations amoureuses, car elles ne ressentent pas la peur de l'abandon ou la crainte d'être déçues. Elles n'ont pas peur de s'attacher aux autres et font facilement confiance. Elles arrivent à comprendre l'importance d'une intimité à deux et le besoin d'avoir des intérêts séparés.

Évidemment, des disputes peuvent également surgir dans ces relations, mais elles seront gérées d'une manière différente, puisque les individus pourront exposer calmement leurs problèmes. Néanmoins, il arrive que deux personnes de types d'attachement différentes sortent ensemble.

Dans ce cas-là, certaines incompréhensions peuvent survenir au quotidien, mais avec un peu de chance, elles pourront trouver un équilibre rassurant pour les deux.

Le style d'attachement insécure évitant

Les personnes de ce type essayent d'éviter toute forme d'attachement profond et préfèrent se limiter à des sentiments superficiels. Elles se sentent en sécurité lorsqu'elles sont seules et prônent ainsi leur indépendance et leur liberté, car elles ont peur d'avouer leurs sentiments (si elles arrivent à en avoir).

Ainsi, ces personnes peuvent s'enfuir dès qu'une relation devient trop sérieuse, par peur d'être trop enchaînées à un ou une partenaire. Elles préféreront ne pas avoir à définir ou à nommer une relation, par exemple et éviteront d'être réellement "en couple".

Si vous rencontrez quelqu'un qui agit de cette façon, soyez patient·e. Avec le temps, les sentiments pourraient prendre le dessus sur le reste et la personne pourrait se livrer petit à petit. Attention cependant, restez vigilant·e et prenez soin de vous. Vous ne devez pas souffrir sans arrêt dans une relation de ce genre.

Le style d'attachement insécure anxieux

À l'inverse du style d'attachement insécure évitant, le style d'attachement insécure anxieux correspond aux personnes qui ont du mal à rester seules et qui vivent généralement au travers d'une relation. Elles sont totalement dépendantes de leur partenaire, au risque d'être excessives.

Ainsi, l'avis de leur partenaire sera très important pour elles, que ce soit sur le quotidien, les choix professionnels voire même vestimentaires. Elles cherchent généralement l'amour et la confiance, mais souvent à l'extrême. Par exemple, elles auront du mal à concevoir que leur partenaire sorte sans elles et seront très jalouses.

Si vous vous reconnaissez, prenez garde à ne pas étouffer votre partenaire. Si vous êtes célibataire, apprenez à prendre du temps pour vous et uniquement pour vous. Soyez conscient·e que vous devez d'abord apprendre à être heureux·se seule pour être ensuite bien en couple.

Le style d'attachement craintif ou insécure évitant et anxieux

En gros, ce type de personnes est un joli mélange des deux précédents. C'est-à-dire qu'elles peuvent tout à fait avoir besoin d'être constamment rassurée tout en ayant besoin d'espace et une peur de l'engagement.

Ces personnes sont paradoxales certes, mais seulement parce qu'elles n'ont aucune confiance en elles. Elles n'arrivent pas à trouver un réconfort dans leur couple et vivent alors dans le doute permanent. Elles pourront ainsi souffler le chaud et le froid, parfois dans la même journée.

Évidemment, il est très compliqué de vivre avec une personne ayant ce type de réactions. Pour autant, si vous l'aimez, vous pouvez essayer de la rassurer. Avec un peu de temps, tout pourrait s'arranger.

Alors, arriverez-vous à déterminer quel type d'attachement vous correspond ? Cela serait la meilleure façon de comprendre vos agissements et surtout, d'essayer de les changer s'ils ne vous conviennent pas.