Certains la trouvent trop grosse pour être mariée à un homme musclé, elle répond

L'Américaine Jenna Kutcher et son mari Drew
L'Américaine Jenna Kutcher et son mari Drew
En postant un cliché d'elle et de son mari sur Instagram, la blogueuse américaine Jenna Kutcher ne s'attendait probablement pas à recevoir une avalanche d'attaques sur son physique. Lassée de ces remarques grossophobes, elle décide de répondre publiquement à ses détracteurs en publiant un post sur le réseau social.
A lire aussi
Inégalités salariales : les femmes devraient être mieux payées que les hommes
salaire
Inégalités salariales : les femmes devraient être mieux...

Jusqu'où pouvons-nous aller dans le body shaming, cette tendance qui consiste à attaquer une personne sur son physique à coups de commentaires malveillants sur les réseaux sociaux ? Dernier exemple en date : Jenna Kutcher, blogueuse influente qui publie régulièrement des photos d'elle sur son compte Instagram, en incitant les femmes à accepter et à aimer leur corps. Récemment, l'Américaine a posté un cliché d'elle et de son mari Drew Kutcher, un coach sportif populaire sur les réseaux sociaux. Sur ladite photo, le couple se promène sur la plage, en maillots de bain.

Après la publication de ce cliché sur Instagram, les commentaires des internautes n'ont pas tardé à fuser. L'objet principal de la discussion ? Jenna Kutcher serait "trop grosse pour être mariée à un homme aussi musclé". Heurtée par ces critiques, l'instagrammeuse a décidé de riposter publiquement. "Quelqu'un m'a envoyé un message privé me disant qu'il ne pouvait pas croire que j'avais réussi à attirer un homme aussi beau que [Drew]. Je dois dire que ça m'a totalement décontenancée", a-t-elle écrit dans un post Instagram daté du jeudi 22 mars.

"Cet homme aime chacune de mes rondeurs"

Si Jenna Kutcher a pris l'initiative d'encourager les femmes à accepter leur corps et à sortir de cette spirale infernale du body shaming, c'est précisément parce que celle-ci a mis plusieurs années à en faire de même. Un combat de longue haleine, mais duquel elle est ressortie grandie, notamment grâce au soutien indéfectible de son mari, raconte-elle dans un autre post Instagram. "Cet homme aime chacune de mes rondeurs, de mes petites fossettes, chacun de mes kilos et de mes boutons et ce depuis dix ans. Il me rappelle chaque jour que je suis belle, même quand au fond de moi, je me dis le contraire. Alors oui, mes cuisses se touchent, mes bras sont épais, et mes fesses sont rebondies, mais il y a juste plus de moi à aimer, et j'ai choisi un homme qui pouvait gérer tout ça (et bien plus encore !)".

En août dernier, l'Américain Robbie Tripp s'était aussi attiré des commentaires désobligeants de la part des internautes après avoir publié une photo de sa petite amie sur Instagram. En guise de légende, il avait écrit ce qu'il présentait comme une déclaration d'amour pour les rondeurs de l'élue de son coeur. Mais les internautes n'ont pas perçu son message, qui se targuait d'encourager la culture body positive, d'un bon oeil. En effet, de nombreux internautes se sont très vite sentis offusqués par les propos du jeune homme.

Sur Twitter, les commentaires ont fusé. "Il ne déteste pas sa femme ronde. Quel héros !", a ironisé l'un. "Cette ironie est ridicule. D'un côté, tu dis que tu es éduqué sur les problèmes féministes et le rôle des médias dans l'objectivation des femmes, mais tu as réussi à transformer ton post en un message qui tourne à 100 % autour de toi. Très logique", a renchérit un autre.

À ses nombreux détracteurs, Robbie Tripp avait tout simplement répondu : "Les mecs, repensez à ce que la société vous dit de désirer. Une vraie femme n'est pas une star du porno, une mannequin en bikini ou une actrice. Elle est réelle (...) Les filles (...) il y a un garçon là dehors qui va vous célébrer pour ce que vous êtes vraiment, quelqu'un qui vous aimera comme j'aime ma Sarah."

Si son message peut effectivement paraître un brin maladroit aux yeux de ceux qui condamnent le body shaming, l'histoire de Jenna Kutcher prouve toutefois que certains internautes malveillants feraient peut-être bien de s'inspirer des paroles de Robbie Tripp.