Coupe du monde : des femmes dénoncent les agressions subies dans la rue

Le soir de la victoire de l'équipe masculine de football en Coupe du monde sur les Champs-Elysées.
Le soir de la victoire de l'équipe masculine de football en Coupe du monde sur les Champs-Elysées.
Des millions de personnes sont descendues dans les rues dimanche soir pour fêter la victoire des Bleus à la Coupe du Monde de football. Une belle soirée entachée par des agressions que des femmes ont raconté sur les réseaux sociaux.
A lire aussi
Harcèlement de rue : 3 millions de femmes le subissent chaque année en France
News essentielles
Harcèlement de rue : 3 millions de femmes le subissent...

En fêtant la victoire des Bleus dimanche soir, on a été plusieurs à se dire : "Coeur sur toutes les nanas qui vont être agressées ce soir". Cette espèce d'instinct primaire qui fait que les femmes savent qu'un truc va mal se passer. Et malheureusement, ça n'a pas loupé. Sauf que maintenant, on peut raconter ce qu'on a vécu sur Twitter et dénoncer certaines agressions subies le soir même. Depuis #Balancetonporc, on peut partager ces comportements inacceptables et y jeter la honte.

Et c'est ce qui s'est passé dimanche. Le compte @KateyaV a agrégé dans un thread, un fil de plusieurs messages sur Twitter, beaucoup de témoignages de femmes s'étant faites agresser ce soir-là. Mains aux fesses et autres attouchements sexuels, baisers forcés, agressions homophobes, le festival du comportement de l'harceleur à la virilité mal placée qu'on ne veut plus voir.

Interrogée par Buzzfeed, une femme raconte son exaspération : "Je suis encore très en colère de la non-réaction des gens [...] et que tout le monde se réjouisse "de ce beau moment de partage et d'amour" alors que j'ai pas du tout vécu un beau moment et que je suis loin d'être la seule à qui cela est arrivé".

Depuis une étude réalisée dans une ville d'Angleterre au cours des dernières coupes du monde, on sait que les violences conjugales augmentent de 31,5% lors des défaites de l'équipe nationale, mais également de 27,7% si l'équipe gagne ses matchs. Ici, on assiste au même processus. Malgré la fête, malgré la joie, certains hommes se permettent d'agresser et de harceler. La même chose s'était produite à la Libération, les hommes arrivant conquérants s'étaient autorisés à embrasser et agresser les femmes sur le chemin de la victoire. Les femmes dans ces cas là étant un prix masculin, un trophée pour avoir obtenu la victoire.

Sauf que le football ça n'est pas ça. Et sur une soirée de bonheur sans tâches dont nous avions tous besoin, ces hommes sont venus porter une ombre.

Le blâme sur les victimes n'a pas tardé. Tout un tas de troll se permettent de rejeter la faute sur les victimes, comme ce grand gagnant : "Faites pas genre d'être sorties en toute innocence, si vous êtes sortie c'est pour chercher des mâles qui sont légion pour visionner ce genre d'événement , vous en avez rien à foutre du football vous vouliez juste faire les folles , et ça s'est retourné contre vous :)"

Bingo gagnant sur la culture du viol. Certains sont même allés jusqu'à retrouver les témoignages sur Twitter pour harceler en ligne les victimes.

Comme cette personne sur Twitter, on espère que les joueurs et la Fédération française de football prendront la parole pour condamner ces agissements inacceptables.

À ces agressions de femmes le soir de la victoire, s'ajoute l'image d'un mondial marqué par le sexisme et l'agression de plusieurs femmes journalistes dans les rues, mais également de supportrices. Après la lutte contre le racisme, le football a encore un énorme travail à faire sur le sexisme qui règne dans ce sport masculin.