Emilia Clarke forcée de tourner nue pour "satisfaire" les fans de Game of Thrones

Emilia Clarke nue dans Game of Thrones
2 photos
Lancer le diaporama
Emilia Clarke est souvent apparue dans le plus simple appareil dans la série "Game of Thrones". Une nudité que l'actrice n'a pas toujours bien vécue, comme elle l'expliquait récemment dans le podcast américain Armchair Expert.
A lire aussi

Des seins, des fesses et des dragons. Depuis le lancement de Game of Thrones en 2011, la série de HBO a souvent été l'objet de vives critiques sur sa façon d'user du sexe et de la nudité pour appâter le chaland. Tout particulièrement dans les premières saisons où les personnages féminins sont très souvent apparus dans le plus simple appareil.

Si "GoT" ne peut bien évidemment pas se résumer à cela, la nudité fait partie intégrante du show, malgré les réticences parfois de ses actrices. Interviewée dans le podcast de Dax Shepard, Armchair Expert, le 18 novembre dernier, Emilia Clarke - la badass Daenerys Targaryen à l'écran - a confié son mal-être vis-à-vis de certaines scènes de nue dans Game of Thrones.

"J'ai accepté le rôle, puis j'ai reçu les scripts et quand je les ai lus, je me suis dit 'OK, il est là le piège !'. Je sortais tout juste de mon école d'acting et j'ai décidé de prendre vraiment cela comme un job comme un autre", explique dans le podcast l'actrice alors âgée de 24 ans lors du lancement de la série. "Je me disais que si c'était dans le script, c'est que c'était nécessaire et que j'allais donner du sens à tout ça, que ça irait", poursuit-elle.

Pour la première fois de sa carrière, en 2011,Emilia Clarke s'est retrouvée sur un plateau de tournage, complètement nue : "Je n'avais jamais fait de tournage comme celui de Game of Thrones. Et là je me retrouvais sur un plateau complètement nue, avec tous ces gens autour. Je ne savais plus ce que j'étais censée faire." Une période difficile pour la comédienne britannique, qui se souvient : "Je me sentais débordée par mes émotions, je ne savais pas ce que je devais faire, ni ce qu'on attendait de moi. Il pouvait m'arriver de me rendre aux toilettes pour pleurer. Je revenais sur le plateau comme si de rien n'était."

"Si c'est du nu gratuit, alors je discuterais avec le réalisateur pour le rendre plus subtile"


Un sentiment de mal-être qui, au fil du temps, poussera l'actrice à se rebiffer. Elle refusera de tourner certaines scènes, malgré la pression exercée sur le tournage : "Je leur disais: 'Non, le drap reste reste ici.' Et eux: 'Tu ne veux pas décevoir les fans de Game of Thrones quand même.' Ce à quoi je répondais: 'Allez vous faire foutre'."

Ce n'est pas la première fois qu'Emilia Clarke s'exprime sur la question de la nudité à l'écran. En septembre 2015, elle écrivait sur Instagram : "Dans la comédie dramatique, je suis parfaitement à l'aise avec une scène de nu si elle met en valeur une histoire ou si elle est tournée pour ajouter de la profondeur au personnage. Parfois, des scènes explicites sont nécessaires et ont du sens. Si c'est du nu gratuit, alors je discuterais avec le réalisateur pour le rendre plus subtile."

"Je sais désormais avec quoi je suis à l'aise ou non, et ce que j'accepte donc de faire ou non", poursuit dans le podcast Emilia Clarke. Celle-ci a d'ailleurs refusé de jouer Anastasia Steele dans 50 nuances de Grey en raison des scènes de nue qu'elle aurait eu à tourner et a demandé à partir de la saison 5 de Game of Thrones qu'une doublure prenne le relais sur certaines scènes.


34 poitrines, 60 fesses, 28 sexes féminins


Les scènes de nu ont toujours été nombreuses dans Game of Thrones, tout particulièrement dans les premières saisons de la série. Une nudité presque exclusivement féminine, comme le souligne les statistiques du site Mr Skin. Rien que dans les sept premières saisons, Game of Thrones comptabiliserait 82 scènes - et 108 minutes - de nu, dans lesquelles 134 poitrines, 60 fesses, 28 sexes féminins... et seulement 7 pénis apparaissent à l'écran. Un déséquilibre flagrant qui rappelle que les scénaristes de GoT semblaient bien plus à l'aise avec la nudité féminine que masculine.

Une nudité gratuite pour Iris Brey, autrice de Sex and the Series (Editions de l'Olivier), qui nous expliquait : "Il y a une asymétrie dans la manière dont on filme ces corps (féminins, ndlr) qui renvoie aux codes du male gaze : les personnages féminins sont vus comme des objets qu'on peut regarder avec plaisir."

Elle ajoute : "C'est une marque de fabrique de HBO de montrer beaucoup de nudité, mais en même temps, il y a plusieurs manières de le faire. Et là, c'est de manière totalement gratuite. Il y a aujourd'hui une prise de conscience face à ces images, ce qui n'était pas le cas il y a 10 ans. Et cela devient beaucoup plus flagrant quand cette nudité ne concerne que les personnages féminins." Une fâcheuse tendance qu'il serait grand temps de faire évoluer aujourd'hui.