Pourquoi on a hâte de voir le remake féministe du film érotique "Emmanuelle"

5 photos
Lancer le diaporama
Une version féministe du classique de l'érotisme "Emmanuelle" ? C'est là l'ambitieux projet de la réalisatrice Audrey Diwan ("L'Evénement") et de la scénariste Rebecca Zlotowski ("Une fille facile"). Et dans le rôle-titre, on retrouvera l'actrice Léa Seydoux. Alléchant.
À lire aussi

Emmanuelle, ses sulfureuses aventures, son emblématique Sylvia Kristel, son fauteuil en osier, son thème musical signé Pierre Bachelet... Difficile d'oublier le classique éponyme de l'érotisme hexagonal, sorti dans nos salles en 1974. Surtout qu'aujourd'hui, le Emmanuelle de Just Jaeckin s'apprête à être revisité.

Plus précisément, c'est le fameux roman dont s'inspire le film, le Emmanuelle d'Emmanuelle Arsan, publié en 1967, qui sera de nouveau adapté. Dans le livre, on suivait les aventures sexuelles de la jeune expatriée à Bangkok avec plusieurs hommes et femmes.

Mais il ne faut pas forcément s'attendre à un simple film polisson un brin kitsch. Car en tête de ce projet, on retrouvera ni plus ni moins que la réalisatrice française Audrey Diwan, lauréate du Lion d'Or à la Mostra de Venise pour son film L'Événement, adapté du roman d'Annie Ernaux. Une cinéaste connue pour ses convictions féministes.

Et ce n'est autre que Léa Seydoux, récemment saluée pour sa performance dans le France de Bruno Dumont, qui incarnera la nouvelle Emmanuelle.

Une révision prometteuse

Une réalisatrice féministe pour repenser la création littéraire cultissime d'Emmanuelle Arsan donc, mais pas seulement. Car au scénario de cet Emmanuelle, c'est encore une autre plume engagée et sensible que l'on retrouve : celle de la cinéaste Rebecca Zlotowski. La réalisatrice, qui a par ailleurs déjà fait tourner Léa Seydoux (Belle Epine, Grand Central), nous a notamment offert l'intéressant Une fille facile, avec Zahia Dehar.

A sa sortie en 1974, Emmanuelle avait suscité émoi et scandale. Des décennies plus tard, bien des voix, féminines et féministes, n'hésitent pas à louer les effets positifs, tout comme les limites claires, d'un tel film, notamment sur le plan de la représentation de la sexualité féminine et du plaisir. C'est ce que démontre un captivant documentaire de Clélia Cohen diffusé sur Arte : Emmanuelle, la plus longue caresse du cinéma français.

A revoir en attendant la sortie de ce remake particulièrement alléchant qui devrait faire la part belle au female gaze.