"Ma vie sur la route" de Gloria Steinem, le must-have féministe de 2019

Gloria Steinem et son livre Ma vie sur la route Mémoires d'une icône féministe
Gloria Steinem et son livre Ma vie sur la route Mémoires d'une icône féministe
L'autobiographie de Gloria Steinem, "Ma vie sur la route", qui sort en français ce début mars est un must pour toutes les militantes féministes. Au travers de ses récits de voyage, elle retrace la richesse de ses rencontres et de ses combats.
A lire aussi
Rendez-vous sur les routes de France pour soutenir 1 maillot pour la vie
association
Rendez-vous sur les routes de France pour soutenir 1...

Si Sorcières de Mona Chollet était LE livre féministe de 2018, il va falloir vous procurer un autre indispensable pour votre bibliothèque féministe : Ma vie sur la route de Gloria Steinem.

L'autrice, aujourd'hui âgée de 84 ans, est une féministe américaine iconique qui aura participé de manière intense à l'évolution des droits des femmes dans les Etats-Unis de l'après-guerre. Elle fut de toutes les batailles pour toutes les femmes.

Ne faisant pas dans le linéaire, Gloria Steinem a choisi de raconter sa vie à travers des anecdotes et des expériences qu'elle a glanées au fil de ses rencontres, constamment sur les chemins, comme une apôtre de la parole féministe.

Depuis son enfance, elle est nomade, avec un père qui emmène toute sa famille sur la route en fonction de sa bonne fortune. Elle en gardera un goût immodéré de la route, qui lui fera parcourir le monde entier mais surtout les quatre coins des États-Unis qu'elle a parcourus de long en large. Elle ne sera pas chez elle plus d'une semaine d'affilée pendant plus de 40 ans.

Le métier de Gloria Steinem est d'abord celui de journaliste, où elle tente, difficilement parfois, de se faire une place en tant que femme à une époque qui évoque celle de la série Mad Men. Elle se mue par la suite en community organizer, pour structurer la lutte militante féministe tout en conservant ses attributions de journaliste.

Son métier ne l'empêche pas de faire campagne et de s'engager en politique. Pour des hommes d'abord, puis pour faire élire des femmes. Elle pose tous les arguments qui l'ont amenée, elle qui est féministe et défenseuse des droits civiques, à choisir entre Hillary Clinton, première femme candidate, et Barack Obama premier candidat noir, à l'élection présidentielle américaine.

Tout au long de sa vie, elle fera des rencontres improbables comme celle d'un chauffeur de taxi qui tient absolument à lui parler de sous-vêtements ou de cet ouvrier en plein travaux qui s'arrête en plein désert de l'Arizona pour lui parler du magazine féministe qu'elle a lancé, Ms..

Gloria Steinem à une conférence de presse à propos du magasine Ms.
Gloria Steinem à une conférence de presse à propos du magasine Ms.

Dans sa vie de féministe, il y eut un moment-clé, qu'elle décrit comme invisibilisé : la conférence nationale des femmes de 1977 à Houston. Des femmes venues de tous les États-Unis qui vont converger pour débattre jusqu'au bout de la nuit, se réunir, discuter, dans un immense élan de sororité et qui nous donnent de la force pour agir.

En trois jours, "cette manifestation a permis de fédérer un mouvement qui était encore très éclaté autour de problèmes et de valeurs communes. On pourrait dire que c'était le cercle de parole suprême."

Un combat intersectionnel

La pensée des autochtones a une place prépondérante dans le livre de Gloria Steinem. Elle décrit leur société comme un modèle d'égalité qui est l'un des fils rouges de son récit. Elle est de toutes les luttes intersectionnelles, écoute et laisse la place à chaque voix, hispaniques, afro-américaines, lesbiennes...

Elle qui voyage énormément va par exemple soutenir les hôtesses de l'air dans leur combat pour plus d'égalité et de respect des femmes dans leur profession.

Ce qui est vivifiant avec la pensée de Gloria Steinem, c'est qu'elle est un modèle de déconstruction réussie.

Goria Steinem en février 2019
Goria Steinem en février 2019

Vous ne pouvez sortir qu'ému·e de ce livre, mais aussi rechargé·e à bloc pour faire avancer la cause féministe. Gloria Steinem donne tout les outils pour comprendre le concept de sororité, pour s'ouvrir à la bienveillance et à une chose qui est primordiale quand on tente de se déconstruire : l'écoute des autres.

Seul bémol à ce grand livre : la traduction. Comment peut-on traduire le livre d'une autrice féministe et écrire : "Mon chauffeur a les cheveux d'un roux artificiel pétant. Elle pourrait aussi bien avoir trente-cinq ans que soixante." Et de réutiliser ce mot de "chauffeur" plusieurs fois pour désigner une chauffeuse ?

Le livre est préfacé par une autre grande féministe, Christiane Taubira, ancienne garde des Sceaux française. Savoureux.

Ma vie sur la route, Gloria Steinem, Harper Collins, 19€

Plus d'actu sur : Meilleurs livres : sélection de livres coups de coeur

"La Meute" : pourquoi on a adoré le roman de Sarah Koskievic
"La Goulue, Reine du Moulin Rouge" : pourquoi lire la biographie de Louise Weber
Clemantine Wamariya : son témoignage d'enfant du génocide rwandais