Les hôtesses de l'air de Virgin Atlantic ne sont plus obligées de se maquiller

Des hôtesses Virgin Atlantic en 2012
Des hôtesses Virgin Atlantic en 2012
Suite aux réclamations des salarié·es, la compagnie aérienne britannique Virgin Atlantic fait évoluer son dress-code. Le personnel de cabine n'aura plus l'obligation de porter du maquillage, ni de jupe.
A lire aussi
De jeunes Kenyannes obligées de se prostituer pour des serviettes hygiéniques
News essentielles
De jeunes Kenyannes obligées de se prostituer pour des...

Un petit pas pour la femme, un grand pas pour l'égalité ? La compagnie aérienne Virgin Atlantic vient d'annoncer qu'elle n'obligerait plus ses hôtesses de l'air à porter du maquillage. Une décision prise suite à des discussions avec son personnel.


Virgin Atlantic avait la réputation d'imposer un code vestimentaire très strict à son personnel navigant. Les hôtesses étaient jusqu'à présent obligées de porter l'iconique jupe rouge. Mais les temps changent puisqu'en plus de l'abandon de l'obligation de se maquiller, les hôtesses se verront fournir également un pantalon dans leur tenue type qu'elles pourront porter si elles le souhaitent. Auparavant, elles devaient en faire la demande spécifique.

"Non seulement les nouvelles recommandations offrent plus de confort, mais elles assurent aussi à nos équipes plus de choix dans la façon dont elles veulent s'exprimer au travail", a souligné le vice-président exécutif du pôle clientèle de Virgin, Mark Anderson, dans un communiqué à CNN.

Des codes vestimentaires qui évoluent enfin

Les compagnies aériennes ont toujours historiquement imposé un contrôle strict sur l'apparence de leurs hôtesses de l'air. Comme le rappelle Kathleen Barry dans son livre Femininity in Flight: A History of Flight Attendants, les premières femmes ont pris leur envol dans les années 30. A cette époque, elles portaient des uniformes très similaires à ceux des infirmières. Et ce dress-code a progressivement évolué, tendant de plus en plus vers une sexualisation du personnel de cabine.

"Dans les années 60 et 70, alors que les hôtesses portaient des costumes depuis des décennies, on a vu apparaître des pantalons moulants et des mini-jupes. Elles étaient présentées implicitement comme de épouses potentielles ou des petites amies."

Ces règles vestimentaires commencent enfin à être réévaluées, notamment sous la pression des personnels. Ainsi, en 2016, British Airways a autorisé le port du pantalon à son personnel féminin. En 2017, deux hôtesses ont attaqué en justice la compagnie russe Aeroflot pour discrimination d'âge et de genre suite à l'obligation que toutes les hôtesses ne dépassent pas la taille 44. Les hôtesses de l'air de la compagnie aérienne de Hong Kong Cathay Pacific avaient obtenu en mars 2018 de pouvoir choisir entre la jupe et le pantalon après une montée au créneau du syndicat du personnel navigant.

En mai 2018, l'Association of Flight Attendants, qui représente 50 000 hôtesses de l'air de 20 compagnies aériennes, avait publié une étude démontrant que plus des deux tiers du personnel navigant américain avaient subi du harcèlement sexuel au cours de leur carrière. Les évolutions des politiques vestimentaires, aussi infimes soient-elles, portent les germes du changement et d'une vigilance accrue contre le sexisme.