"Otage de mes émotions" : Claire Keim explique pourquoi l'hypersensibilité est difficile à vivre

A l'occasion d'une interview accordée au journal "Soir Mag", la comédienne Claire Keim s'est exprimée sur un sujet qui lui tient à coeur : l'hypersensibilité. Une parole intime.
À lire aussi

"Je suis un peu otage des émotions, mais en même temps, je sais que c'est une force. C'est ma force et ma faiblesse". L'actrice et chanteuse Claire Keim s'est livrée dans les pages du journal belge Soir Mag. Elle y revient sur un sujet qui lui est cher : l'hypersensibilité. Autrement dit, le fait de voir ses émotions être décuplées.

Un phénomène qui concerne directement la comédienne. Et qui la dérange, notamment vis-à-vis de son rapport aux autres. "La seule chose qui me rend dingue, c'est de fatiguer mes proches avec ça. J'aimerais être moins sensible, juste pour arrêter de les embêter", a-t-elle développé à ce titre.

"Il y a des jours, quand je me lève, je sais que c'est une journée durant laquelle je ne dois pas prendre de décisions, que je dois me préserver. Mes proches qui me connaissent très bien décèlent ces journées-là et s'adaptent", relate la comédienne de 46 ans.

"Cette sensibilité permet à ceux qui en sont dotés d'être emmenés au summum de leur art, de donner le meilleur d'eux-mêmes, il faut juste l'accepter", a poursuivi l'artiste. Même si ce n'est pas toujours évident "d'exploser en larmes pour quelque chose qui n'est pas très grave", confesse Claire Keim.

"Il faut juste l'accepter"

L'hypersensibilité, un syndrome au sujet duquel se libèrent bien des voix désormais. Comme celle de l'influenceuse Emma CakeUp, qui s'exprimait ainsi en 2020 : "Ce n'est pas une maladie, mais une différence. J'ai eu beaucoup de mal à l'accepter étant jeune, surtout que les gens en général sont très durs".

Ou bien du cinéaste Maurice Barthélémy, auteur du livre Fort comme un hypersensible, qui définissait ainsi l'hypersensibilité : "Un hypersensible, c'est quelqu'un qui capte énormément d'informations et qui a un peu de mal à faire le tri, cela passe par des informations sensorielles (le toucher, le goût, l'ouïe, la vue, l'odorat) et par des émotions très fortes. C'est comme si on avait tous les potentiomètres au maximum".

Claire Keim, qui a fait une montée des marches remarquée au Festival de Cannes ce 25 mai, vêtue d'une robe pailletée, sera prochainement à l'affiche de la série télévisée Vise le coeur, histoire dramatique d'une femme endeuillée, sur fond d'enquête policière.