Société
Les 7 vannes que seuls les médecins comprennent
Publié le 9 juillet 2014 à 16:55
Par Jérémy Fregefon
Si les médecins disposent d'un talent certain et reconnu pour soigner leurs patients voire même, dans les grands jours, sauver des vies, un autre art, bien plus discret, se loge dans leur blouse. Cet humour codé, si sibyllin, bref proprement incompréhensible des malheureux profanes – par ailleurs, hypocondriaques, ce qui n'arrange rien… – à même de nous glacer les sangs. Après bien des années d'études, Terrafemina est parvenue à en déchiffrer sept. C'est toujours ça !
Les 7 vannes que seuls les médecins comprennent Les 7 vannes que seuls les médecins comprennent© DR/ Capture d'écran YouTube
La suite après la publicité

Certes, on peut rire avec n'importe qui, mais encore faut-il être compris ! Outre la légendaire technique d'écriture des médecins, dont le sens des mots se noie dans les hiéroglyphes tracées avec flegme sur nos chères ordonnances, l'art de l'humour médical semble tout autant mêler subtilité de l'esprit et vocabulaire savant. Un savoir-faire ancestral transmis et affiné au fil de toutes ses longues années d'études. Cette façon de n'être compris que par les âmes autorisées est-elle le gage d'un humour lumineux ? Pour vous forger votre propre opinion, sept « private joke » de toubibs sont ici dûment expliquées. Fin prêtes à être ressortis en soirée pour, à votre tour, impressionner vos amis.

Staff et bristopen

1. Un médecin dit à son collègue « on se retrouve en salle de staff » et l'autre lui répond, gaillard, « n'oublie pas de prendre ton bristopen pour prendre des notes »

Ce qu'il a voulu vous dire : Voici une blague à double niveau de compréhension. Dans le vocabulaire médical, « staff » signifie tout simplement « réunion ». Le blagueur en herbe joue ici sur la phonéthique de l'abréviation « staph » pour parler de la bactérie « staphylocoque », et le mot « bristopen » (antibiotique qu'on utilise pour traiter certains type de staphylocoques). De plus, « pen » signifie stylo en anglais. Oui, on sait, ça commence fort…

La première année de médecine, c'est dur

2. Comment faire la différence entre un P1 et un étudiant normal ? Tu leur demandes d'apprendre l'annuaire par cœur, l'étudiant normal te répond « pourquoi ? », le P1 te répond « pour quand ? »

Ce qu'il a voulu vous dire : Il s'agit ici de se rappeler aux bons souvenirs de tout étudiant de médecine. La P1 (première année de médecine) est une année difficile où, en une année, les étudiants doivent apprendre une somme astronomique de connaissances. Stress du concours faisant (seuls 10 à 15% passent en 2e année), ce qui les pousse à apprendre absolument tout par cœur... même ce qu'ils ne comprennent pas !

Relation chirurgien orthopédiste - Patient

3. « Tu sais comment cacher 500 euros à un chirurgien orthopédique ? » (...) « En les mettant dans le dossier du patient ».

Ce qu'il a voulu vous dire : Les chirurgiens orthopédiques, rappelons-le, sont ceux qui s'occupent de tout ce qui est fracture osseuse et luxation en tout genre. Réputés pour être des gens rustres et peu enclins à se préoccuper d'autre chose que de ladite fracture, ils ne regarderaient que rarement le dossier complet du patient avant de l'opérer.

L'anesthésiste a besoin de café... beaucoup de café

4. « On reconnaît le chirurgien orthopédique au sang qu'il a sur sa blouse, le chirurgien digestif aux excréments sur sa blouse, le chirurgien urologue à l'urine sur sa blouse, mais à quoi reconnait-on l'anesthésiste ?... Aux tâches de cafés qu'il a sur sa blouse »

Ce qu'il a voulu vous dire : Les chirurgiens ne se font jamais prier pour chambrer leurs si oisifs « camarades » anesthésistes qui ont, pourtant, de si grandes responsabilités. Présents avant toute intervention pour endormir le patient, ces derniers laissent ensuite la place à l'infirmière anesthésiste. Si, la plupart du temps, il s'agit d'aller s'occuper d'autres patients, les bruits de couloir aiment à dire que les anesthésistes s'en vont pour finir près... de la machine café.

Les pathologistes arrivent toujours trop tard

5. Il y a plusieurs catégories de médecins, et on peut les différencier comme ceci : les généralistes ne savent rien et en font peu, les chirurgiens qui en savent peu mais peuvent tout faire, les internes qui savent tout mais ne font rien et les pathologistes qui savent tout et peuvent tout faire... mais généralement, il est trop tard.

Ce qu'il a voulu vous dire : Cette blague reprend de nombreux stéréotypes présents dans le milieu de la médecine : des généralistes non spécialisés aux chirurgiens passionnés du bistouri, en passant par l'interne, cet étudiant fraichement sorti des cours de médecine pour s'adonner aux joies du terrain mais qu'on ne laisse que rarement pratiquer. Seule exception : le pathologiste. Ce dernier possède, certes, toutes les qualités des autres catégories, mais elles ne servent à rien puisque son rôle est d'analyser des tissus déjà atteints... Ballot.

Une histoire de molaires

6. Deux molaires font la conversation. « Voulez-vous que nous allions dîner ensemble ce soir ? » demande l'une d'elles. « Oh, je suis désolée, répond l'autre. Ce soir, c'est impossible, j'ai un bridge » !

Ce qu'il a voulu vous dire : Le jeu de mots est ici facile. Le bridge correspond au célèbre jeu de cartes consistant à comptabiliser le nombre de levées réalisées par chaque joueur. Mais c'est aussi, et c'est là toute la subtilité de la langue, une prothèse qui remplace une ou plusieurs dents fixées sur les 2 dents voisines.

Quand le langage des médecins est incompréhensible

7. Un homme se présente à la pharmacie et demande à l'apothicaire de l'autre côté du comptoir : « Je voudrais de l'acide acétylsalicylique ! » Le pharmacien répond, après un bref instant de réflexion : « Ah ! vous voulez dire de l'aspirine ! ». Le patient : « Ben oui, j'ai toujours eu de la difficulté à me rappeler du nom ! »

Ce qu'il a voulu vous dire : Il faut croire que les médecins sont conscients de la difficulté, pour le commun des mortels, de comprendre leur langage. Les deux personnages ne se comprennent pas et pourtant parlent de la même chose. En effet, l'acide acétylsalicylique est la substance active correspondant à l'aspirine (le nom commercial). C'est drôle, non… 

Si vous connaissez d'autres blagues et histoire drôle seulement compréhensibles par les médecins, n'hésitez surtout pas à les partager dans les commentaires. Plus on est de fous, plus on…

Mots clés
Société Buzz humour
Sur le même thème
Les articles similaires
Merci pour les travaux : Valérie Damidot tacle les harceleurs grossophobes play_circle
Médias
Merci pour les travaux : Valérie Damidot tacle les harceleurs grossophobes
16 février 2024
"Des cinéastes qui ont abusé des femmes..." : Macha Méril parle de François Truffaut play_circle
Culture
"Des cinéastes qui ont abusé des femmes..." : Macha Méril parle de François Truffaut
6 mars 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news