Home
Libération sexuelle, femmes et pouvoir
Publié le 20 mars 2012 à 10:34
Par Sophie Bramly
Les Anglais nous ont libérés deux fois. Si la Seconde guerre mondiale est vive dans nos mémoires, notre première libération, qui fut sexuelle, est, elle, dans les limbes de l'histoire. Explications de notre experte Sophie Bramly.
Libération sexuelle, femmes et pouvoir Libération sexuelle, femmes et pouvoir
La suite après la publicité


Jusqu’à la fin du Moyen Âge, c’est l'Eglise, plus que l’Etat, qui punissait les crimes d’adultère, affichant le plus souvent les couples coupables sur la place publique, pour les fouetter sous le regard avide du peuple, lorsqu’ils n’étaient pas rasés, en cage avec les prostituées. Jusqu’au XVIIe siècle, il arrivait même que l’on soit pendu.
Mais entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, les premières pierres du mode moderne ont été posées, grâce à la conjonction de changements majeurs : le développement de grandes villes (Londres était la plus grande ville du monde), l’imprimerie et les livres, la guerre civile de 1649 et la révolution de 1688, les nouvelles formes de commerce, de communication et d’organisation sociale.
La grande ville est le premier acteur clé : on quittait la promiscuité des villages pour l’anonymat des grandes villes : il était ainsi plus facile d’avoir des rapports illicites, les méthodes de surveillance et de dénonciation pour indiscipline sexuelle ne pouvaient plus s’exercer.
L’imprimerie se développait, les livres circulaient et avec eux l’idée sous-jacente que l’amour est un jeu merveilleux, une version plus explicite de cette même idée circulant dans les ouvrages vendus sous le manteau.

Pendant la guerre entre Protestants et Catholiques, un des reproches majeurs des premiers aux seconds était les principes, jugés hypocrites et corrompus, sur l’ensemble des règles ayant trait à la sexualité (le difficile célibat des prêtres, la tolérance de la prostitution…).
Vinrent ensuite la syphilis, le crime et la pauvreté, qui poussèrent les Tudor à prendre des mesures, qui ont conduit à une plus grande ingérence de l’État dans les questions sociales et économiques du pays, lesquelles ont appuyé la disparité de traitement entre hommes et femmes, et entre riches et pauvres. La guerre civile d’abord, la guerre de religion ensuite, auront fait le reste.

De tout ceci, on peut ne retenir que l’essentiel : jusque-là, une des formes principales des privations de liberté était l’interventionnisme dans la vie privée des individus ; un ensemble de facteurs a contribué à libérer la sexualité de ces derniers, tout en renforçant le pouvoir de l’état.
Comme quoi, enjeux et jeux sexuels sont de puissants marqueurs de pouvoir.
D’où la nécessité pour les femmes, outre le plaisir que cela procure, d’user et d’abuser de ce pouvoir dans la sphère privée, comme dans la sphère professionnelle. « User et abuser » n’ayant ici aucune connotation négative, mais signifiant se sentir pleinement investie par le désir de désirer, par opposition au désir de plaire. Dans le premier cas, il y a une véritable puissance à décider, quand, dans le second, il y a une forme d’asservissement à l’autre ; ce que l’anthropologue Françoise Héritier désigne sous le nom de « cadette » et que nous qualifions plutôt sous l’étiquette de « soumise ».
C’est également la thèse que défendait Naomi Wolf, dans son livre « Quand la beauté fait mal » : à force de trop vouloir plaire, les femmes risquent de se désexualiser et de perdre un pouvoir à peine acquis depuis la Libération sexuelle et l’invention de la pilule, lorsque c’est le contraire - selon elle - qui aurait dû se produire.

N’attendons pas que « les Anglais débarquent » à nouveau, et désirons l’autre comme il nous plaît et sans attendre !

Crédit photo : Pixland

VOIR AUSSI

Masturbation : le plaisir solitaire à travers les siècles

Le désir est une question d’odeur

Les filles sexy sont-elles forcément sexuelles ?

Jouir seul ou à deux ?

Les rites sexuels à travers le monde

Couple : comment cultiver le désir ?
Chanter pour jouir

Mots clés
Home Sexo femmes
Sur le même thème
Excision : 200 millions de filles et de femmes vivent avec une mutilation génitale play_circle
Société
Excision : 200 millions de filles et de femmes vivent avec une mutilation génitale
5 février 2024
Pour parler de l'IVG, il faut d'abord "écouter les femmes", insiste le Planning Familial play_circle
Société
Pour parler de l'IVG, il faut d'abord "écouter les femmes", insiste le Planning Familial
26 janvier 2024
Les articles similaires
Sexo : Nikita Bellucci dénonce la pression à faire l'amour régulièrement play_circle
Sexo
Sexo : Nikita Bellucci dénonce la pression à faire l'amour régulièrement
7 février 2024
"Je devais coucher" : Sharon Stone balance un (très célèbre) "porc" de producteur play_circle
Culture
"Je devais coucher" : Sharon Stone balance un (très célèbre) "porc" de producteur
14 mars 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news