Pourquoi Instagram commence à supprimer les "likes"

Pourquoi Instagram va-t-il supprimer les "likes" ?
Pourquoi Instagram va-t-il supprimer les "likes" ?
Après plusieurs mois de tests au Canada, au Brésil, au Japon ou encore en Australie, Instagram a annoncé qu'il supprimerait dès cette semaine le fameux "like". Seuls quelques comptes aux États-Unis seront dans un premier temps concernés.
A lire aussi

La course aux "likes" sur Instagram pourrait très prochainement prendre fin. Vendredi dernier (8 novembre), à l'occasion du sommet Wired 25 qui s'est tenu à San Francisco aux États-Unis, Adam Mosseri - le responsable d'Instagram - a annoncé que le nombre de "likes" ne serait bientôt plus dévoilé sur le réseau social. Du moins, chez plusieurs utilisateurs américains qui verront dès cette semaine leur application évoluer. Ces derniers auront toujours accès au nombre de "j'aime" reçu par publication mais cette information ne sera plus rendue publique comme c'était le cas jusqu'alors.

Une façon pour Instagram de préserver la santé mentale de ses jeunes utilisatrices et utilisateurs, mise à mal selon plusieurs études par le réseau social. En 2017, une étude menée par la Royal Society for Public Health sur des jeunes de 14 à 24 ans considérait ainsi Instagram comme le réseau social le plus dangereux pour la santé mentale et source de déprime chez ses utilisateurs.

Une réputation pas franchement glorieuse dont semble vouloir se défaire Adam Mosseri, qui a annoncé vouloir "dépressuriser Instagram." Le responsable du réseau social a expliqué : "La course à l'engagement est néfaste pour l'humanité et pour la santé mentale de nos utilisateurs. En cherchant à tout prix à créer de l'engagement, on déforme le message et je suis persuadé que ce n'est pas une bonne chose."

Le boycott de Nicki Minaj


En juillet dernier, alors qu'Instagram testait cette mise à jour dans plusieurs pays à l'instar du Canada, du Brésil ou encore de l'Australie, un porte-parole de l'entreprise confiait alors dans un communiqué : "Nous faisons cette expérience parce que nous souhaitons que nos utilisateurs se concentrent sur les photos et les vidéos partagées, pas sur le nombre de j'aime qu'ils recueillent. Nous ne voulons pas qu'Instagram donne l'impression d'être une compétition."

Une mesure applaudie par les experts des réseaux sociaux, à l'instar d'Eric Letonturier, sociologue et maître de conférences à l'université Paris Descartes Sorbonne, qui expliquait en juillet dernier à 20 Minutes : "Le fait de masquer les likes va assainir les échanges, qui seront plus sincères, plus réfléchis. C'est un premier pas, mais qui va dans le bon sens, dans le but de préserver la santé mentale des utilisateurs."

Un avis que ne semble pas partager la chanteuse Nicki Minaj, qui a décidé de boycotter le réseau social suite à l'annonce d'Adam Mosseri. Selon elle, Instagram se moquerait bien de la santé mentale de ses utilisateurs et voudrait surtout faire taire les artistes indépendants.

Celle-ci accuse ainsi le réseau social de jouer sur la technique pour mettre en avant les contenus qu'il souhaite promouvoir et faire disparaître les autres. Elle explique sur Twitter : "Vous rêvez si vous pensez que les labels ne sont pas ennuyés par le niveau de pouvoir que les artistes indépendants ont maintenant avec Instagram. Ils travaillent tous ensemble. Contrairement à nous... On a les miettes."

La France n'est actuellement pas concernée par cette mesure. Mais si l'expérience aux États-Unis s'avère concluante, cette mise à jour devrait logiquement être appliquée prochainement dans l'Hexagone. Facebook lui aussi songerait à se lancer dans la suppression du like. Une petite révolution dans l'univers des réseaux sociaux qui risque de changer beaucoup de choses.