Maïtena Biraben en conflit avec ses chroniqueurs ? "Je peux passer parfois pour désagréable"

La présentatrice du Grand Journal de Canal+ s'est confiée au magazine Paris Match sur son quotidien au sein de l'émission aux audiences de plus en plus basses.
A lire aussi
Pourquoi l'article 2 du projet de loi contre les violences sexuelles ne passe pas
News essentielles
Pourquoi l'article 2 du projet de loi contre les...

Loin de ses objectifs, Le Grand Journal se stabilise à 700 000 téléspectateurs en moyenne chaque soir. Maïtena Biraben ne désespère pas pour autant et compte bien atteindre les 900 000. "On va y arriver, doucement. On sait comment il faut procéder, ce n'est pas tirer des plans sur la comète. Il faut aller chercher les téléspectateurs un par un", confie l'animatrice au magazine Paris Match. Il faut dire que l'émission phare de la chaîne crytpée fait face à deux sévères concurrents : Touche pas à mon poste sur D8 et C à Vous sur France 5. Mais la comparaison n'existe pas pour Maïtena Biraben. "Nous ne faisons pas les mêmes émissions, précise-t-elle. Moi, la formule hystérique qui consiste à empiler des invités, je n'y crois pas, je n'y ai jamais cru. Ma volonté et mon credo c'est de pouvoir dire quelque chose et d'avoir le temps pour cela."

"Je suis quelqu'un d'entier"

Par ailleurs en novembre, l'animatrice faisait face à des rumeurs de mésentente avec ses chroniqueurs sur le plateau. Une source anonyme membre de l'équipe de l'émission citée par Closer balançait sur leurs relations tendues : "Les tensions avec Lauren Bastide sont connues. Avec Augustin Trapenard et Victor Robert, ce n'est pas top non plus. Il n'y a qu'avec Cyrille Eldin, qui est un ami de Maïtena, que ça se passe bien". Des rumeurs que l'animatrice récusent fermement. "Je suis quelqu'un d'entier, qui peut passer ­parfois pour désagréable parce que je suis trop directe. Dire que je ne m'entends pas avec les chroniqueurs est une erreur. Ceux qui ont bossé avec moi ont en général envie de rester."