"Mrs Fletcher", la série réjouissante qui explore le réveil sexuel d'une mère célibataire

Mrs Fletcher
Mrs Fletcher
Diffusée depuis le 28 octobre sur OCS en France, la nouvelle mini-série HBO "Mrs. Fletcher" suit les aventures drôles et sensibles d'une mère célibataire à la redécouverte de sa sexualité. On adore.
A lire aussi

Être une femme libérée, c'est pas si facile. Et c'est ce que va découvrir Eve (formidable Kathryn Hahn) tout au long de Mrs Fletcher, nouvelle série jubilatoire produite par HBO. Alors que son ingrat de fils Brendan (Jackson White) s'envole pour l'université, la mère-poule va éprouver le syndrome du nid vide. Comment survivre sinon se réinventer ?

C'est notamment à travers la découverte du porno, pour lequel elle va développer une addiction aussi soudaine que jouissive, qu'Eve va se réapproprier sa vie, ses désirs et son potentiel de séduction. Entre deux cuissons de cookies, la quarantenaire se masturbe, fantasme devant des films X lesbiens, reprend le contrôle de son corps qu'elle avait laissé en friche depuis tant d'années. Ses bretelles glissent, ses fesses se cambrent, elle mordille ses lèvres... Eve réapprend à jouer, à s'amuser, ivre de cette libido retrouvée. C'est ce cheminement à tâtons que suit cette adaptation du best-seller de Tom Perrotta (auteur du sublissime The Leftovers), également showrunner de la série.

On assiste ici à une (re)naissance : celle d'Eve, femme désirante et désirable, maîtresse de son destin et de son désir. Et à l'agonie de cette "Madame Fletcher", mère (trop) dévouée, écrasée par la charge mentale et les normes sociétales.

Eve Fletcher et Julian
Eve Fletcher et Julian

Autour de cette héroïne en plein "reboot" gravite une jolie galerie de personnages, eux aussi en prise avec leur solitude et leurs insécurités. De l'ado à la sensibilité troublante à la prof transgenre bienveillante d'un atelier d'écriture qui s'amourache de l'un de ses élèves, la série tisse des relations inédites avec une infinie délicatesse. Et prouve une fois encore que HBO se place un cran au-dessus en termes d'inclusivité.

Mais c'est également le parallèle entre le bourgeonnement érotico-social d'Eve et l'exploration de la vie universitaire de son fils qui fait le sel de Mrs Fletcher. Car l'entrée à la fac sera l'occasion pour l'ex-jerk du lycée de se frotter à la frustration et à la notion de consentement. Ou quand l'incarnation de la masculinité toxique se prend l'ère #MeToo de plein fouet.

Ce Mrs Fletcher démontre qu'il se passe décidément quelque chose dans le monde des séries. Et on ne peut que s'en réjouir. Car ce portrait de maman solo empouvoirée s'imbrique parfaitement au coeur de cette nouvelle vague de créations qui mettent enfin en lumière des figures trop souvent invisibilisées : les femmes de plus de 45 ans. De Wanderlust (dans laquelle Toni Collette se lance dans des expérimentations sexuelles extraconjugales) à Sex Education (merveilleuse Gillian Anderson en sexologue libérée), les showrunners osent enfin nous montrer- et de façon souvent cash- la sexualité de ces nanas trop longtemps cantonnées aux fourneaux. Des héroïnes qui taclent la fameuse "date de péremption" qu'on leur assigne paresseusement. Coeur avec les mains.

Bande-annonce de "Mrs Fletcher"

Mrs Fletcher
Diffusion dès le 28 octobre 2019 sur OCS
Une mini-série de Tom Perrotta
Avec Kathryn Hahn, Jackson White, Owen Teague...

Dans l'actu