Cette radio ne diffuse que des oeuvres de compositrices

Enfin une radio qui ne diffuse que des oeuvres de compositrices
Enfin une radio qui ne diffuse que des oeuvres de compositrices
Au Royaume-Uni, Radio Scala a lancé "Women Composers", une webradio qui ne passe que des morceaux signés par des femmes.
A lire aussi

C'est la (riche) idée de Radio Scala, une antenne dédiée à la musique classique diffusée outre-Manche. Une webradio qui passe, en continu, une programmation composée exclusivement d'oeuvres de musiciennes émérites. Son nom : Women Composers.

"Il y a beaucoup de femmes compositrices exceptionnelles à écouter et à découvrir dans la musique classique. En lançant cette webradio qui leur est dédiée, Radio Scala braque les projecteurs sur ces femmes talentueuses et sur la musique qu'elles ont produite", se réjouit ainsi la présentatrice Penny Smith. Et comment.

Derrière le projet, une collaboration entre le média et la fondation Donne - Women in Music, rapporte France Culture, qui promeut les femmes dans la musique classique. "C'est seulement à travers des collaborations avec ceux qui partagent nos valeurs et nos ambitions que nous pouvons instiguer un réel changement", témoigne sa fondatrice, la soprano brésilienne Gabriella Di Laccio.

Et d'ajouter : "La musique est un puissant instrument du changement social, et devrait refléter la diversité de tous les artistes. Nous sommes ravis de poursuivre notre partenariat avec la radio Scala, de travailler ensemble afin d'inspirer plus d'auditeurs et avoir davantage d'impact."

Une programmation qui gagnerait à être plus pointue

Alors, qui écoute-t-on sur Women Composers ? D'après Stephen Moss, journaliste spécialiste de musique, pas assez de morceaux de choix qui feraient honneur aux grands noms de compositrices malheureusement trop peu mis en avant.

"Il y a beaucoup de musiques de film qui se ressemblent, et une multitude de morceaux consensuels à la harpe, au piano et à la guitare", constate-t-il dans un article pour le Guardian. "Ne vous attendez pas à écouter Judith Weir, Sofia Gubaidulina ou Hannah Kendall."

Autre fausse note : elle est uniquement accessible aux résident·e·s britanniques. De quoi s'interroger : quand une initiative similaire en France ?