"Pantry Porn" : la tendance des garde-manger ultra-rangés envahit Instagram

Pantry Porn : la tendance des garde-mangers ultra-rangés qui apaise l'esprit
Pantry Porn : la tendance des garde-mangers ultra-rangés qui apaise l'esprit
Bonne nouvelle pour les maniaques et autres obsédé·es de la perfection visuelle, le Pantry Porn réalise vos fantasmes les plus fous grâce à des photos de garde-manger rangés par couleurs et par formes.
A lire aussi

Je viens de perdre 37 minutes à fixer un nombre incalculable de garde-manger triés par nuances, tailles et contenants sur les réseaux sociaux, et j'oscille entre trois états d'esprit.

La satisfaction la plus totale suite à ce défilé de couleurs dégradées, de petites boîtes symétriques et de graines qui ne semblent servir à rien d'autre qu'à faire joli. La culpabilisation en pensant à mon propre placard à bouffe uniquement constitué d'une pauvre table anciennement de chevet, elle-même surplombée de paquets de céréales à moitié pleins (mais périmés). Ou l'envie de tout désorganiser de manière compulsive.

En même temps, il m'est plutôt impossible de juger cet évident trouble du comportement étant donné que je fais la même chose avec mon téléphone portable - en classant les applis par couleurs. Oui, c'est bizarre. Mais c'est beau.

Et puis, c'est aussi un signe distinctif source d'une joie indescriptible, qui se manifeste lorsque l'on croise un autre membre (rare) de la tribu de Pantone sur smartphone.

Pour ce qui est de la tendance Pantry Porn, donc (ou "porno de garde-manger", c'est souvent moins accrocheur en français), les adeptes seraient un peu plus nombreux. Avec environ 20 000 occurrences sur Instagram quand on tape #PantryGoals, on se rend compte que toute une communauté de siphonné·es du bocal - au sens littéral du terme - s'est pris de passion pour l'arrière cuisine.

Et il y aurait une raison plus profonde que l'aspect visuel derrière tout ça. Dr Sally Augustin, psychologue environnementaliste, explique lors d'un entretien avec Refinery29 qu'il s'agit d'un réflexe lié à notre état primitif.

Nous n'aimons pas les images trop propres et immaculées, qui nous semblent trop éloignées de notre environnement, et nous n'aimons pas non plus celles trop encombrées puisque "lorsque nous étions une jeune espèce, nous devions continuellement examiner le monde autour de nous pour nous assurer qu'un prédateur ne nous approchait pas", indique Dr Sally Augustin.

Le tout, c'est de stimuler notre cerveau de manière positive avec des visuels à complexité modérée, comme cette collection de frigos et de placards ultra bien tenus, mais avec des couleurs vives, qui nous aideraient aussi à nous calmer.

Comme quoi, plus besoin de taper dans la boîte d'anti-stress, on a juste à organiser son garde-manger comme une forcenée.