Le prince Andrew, accusé d'agression sexuelle, va-t-il enfin être jugé ?

Le Prince Andrew, accusé d'agression sexuelle, va-t-il enfin être jugé ?
Le Prince Andrew, accusé d'agression sexuelle, va-t-il enfin être jugé ?
Le deuxième fils de la reine Elizabeth II, Andrew, pourrait bien être jugé pour l'agression sexuelle dont il est accusé - plainte qu'il a d'abord rejetée.
A lire aussi

Virginia Giuffre avait 17 ans en 2001, quand le prince Andrew l'aurait agressée sexuellement à trois reprises : à Londres, à New York et aux Îles Vierges américaines, sur l'île privée de Jeffrey Epstein. Le financier américain, qui s'est suicidé en prison en 2019 après avoir été appréhendé pour trafic sexuel, aurait "présenté" la jeune femme au deuxième fils de la reine Elizabeth II, sachant pertinemment ce qui attendait l'adolescente.

Jusque-là, le prince Andrew n'était pas inquiété. La plainte de la victime supposée, aujourd'hui âgée de 38 ans, avait été rejetée sous prétexte qu'elle avait signé en 2009 un accord de 500 000 dollars avec Epstein pour ne pas le poursuivre, lui, ainsi que "d'autres accusés potentiels", rappelle Le HuffPost. Seulement mardi 11 janvier, cet argumentaire a été refusé par le juge new-yorkais Lewis Kaplan, en charge de l'affaire, qui a martelé que le rejet de la plainte de Virginia Giuffre devait être "refusée à tous égards".

Une décision rendue publique ce 12 janvier, qui intervient quelques semaines à peine après la condamnation de Ghislaine Maxwell, ex-compagne de Jeffrey Epstein, pour cinq chefs d'accusation de crimes sexuels, notamment le trafic sexuel de mineures entre 1994 et 2004, qu'elle repérait pour le milliardaire.

"Il ne peut pas transpirer"

Le prince Andrew assure de son côté qu'il ne se souvient pas de la plaignante. Pourtant, il existe un cliché des deux ensemble, posant en haut d'un escalier devant Ghislaine Maxwell, comme le stipule Virginia Giuffre. Il la tient par la taille, sourire aux lèvres.

Autre argument que le membre de la famille royale britannique brandit pour réfuter l'accusation de la jeune femme : il souffrirait d'une impossibilité de "sudation".

"Giuffre affirme qu'il l'a emmenée dans une boîte de nuit à Londres et qu'il a transpiré sur elle, et qu'ils ont eu une relation sexuelle", remémore The Independent dans un billet d'humeur dédié. "Andrew a répondu qu'il ne pouvait pas transpirer à cause d'une montée d'adrénaline ressentie en tant que pilote d'hélicoptère pendant la guerre des Malouines, et que le jour en question, alors qu'elle avait 17 ans, il se trouvait dans un Pizza Express à Woking (chaine de pizzérias populaire outre-Manche, ndlr)."

Et le média d'ajouter : "Ainsi, lorsque l'équipe juridique de Virginia Giuffre a demandé aux avocats du prince Andrew des preuves médicales qu'il ne pouvait pas transpirer, aucune n'a été fournie ; et aucun témoin oculaire du Pizza Express de Woking (ou de toute autre succursale) n'a affirmé avoir vu les traits familiers du deuxième fils de la reine et de ses filles en train de déguster des pizzas et des boulettes de pâte. Il semble étrange que personne ne l'ait remarqué ou pris en photo."

Aujourd'hui, les avocats ont réitéré leur demande de preuves médicales. Dans le cas où les recours de l'accusé échouent, un procès au civil pourrait se tenir "entre septembre et décembre" 2022, d'après le juge Lewis Kaplan.