Le prowling, l'insupportable technique amoureuse du chaud-froid

Le prowling, l'insupportable phénomène amoureux du chaud-froid
Le prowling, l'insupportable phénomène amoureux du chaud-froid
Vous pensiez commencer une relation sur de bonnes bases avec un mec attentionné qui avait l'air plutôt accro et deux semaines après, plus de nouvelles. Apparemment, cette technique porte un nom précis (autre que "gros batard") : le prowling.
A lire aussi
Gérer sa carrière comme sa vie amoureuse : une bonne idée ?
News essentielles
Gérer sa carrière comme sa vie amoureuse : une bonne idée...

On connaît l'histoire par coeur. Après une bonne dose de rendez-vous ratés, on rencontre enfin quelqu'un avec qui le courant passe, et plus de son côté que du nôtre d'ailleurs. Ça nous étonnerait presque, on ne se connaît pas tant que ça. Il a l'air d'être intéressé, parfois même de façon exagérée, il se rappelle de détails qu'on aurait nous-même oubliés (on soupçonne un stalking intensif) et surtout les initiatives viennent principalement de lui. Bref, le mec a l'air à fond, alors on finit par se laisser séduire.

Et puis une fois qu'on est confortablement installée dans l'idée que ça pourrait potentiellement marcher, qu'on commence à s'attacher à lui comme une moule à son rocher, BIM, il disparaît. Sans signes avant-coureur. D'un coup. Evidemment, ça inverse la tendance. Nous qui pensions tenir les rênes, on se retrouve tractée par le cheval la tête dans la poussière. Et on n'y comprend absolument rien.

Juliette, qui a vécu cette situation classique comme un bon nombre d'entre nous (force et honneur), explique l'incompréhension générale à laquelle elle a fait face :"Il me faisait me sentir assez désirée comme s'il voulait vraiment apprendre à me connaître, j'étais aux anges, et puis d'un coup, plus rien. Il a complètement arrêté de me répondre. Je ne me suis pas du tout sentie respectée".

Si l'individu suit la technique du prowling - ou l'action de roder, en français - au pied de la lettre, il nous laissera mariner en se frottant les mains et en nous regardant devenir dépendante d'un truc qu'on n'était pas sûre de vouloir au début, avant de revenir comme une fleur quelques semaines plus tard à base d'un "Salut, ça va ?" slidé dans nos DM, qui pue clairement l'embrouille - mais qui nous fait retomber dans ses bras à 95 % du temps.

Rageant, mais efficace. Et même les spécialistes l'admettent.

Eugénie Legendre, représentante chez Happn, parle à Yahoo de ce phénomène comme d'une tendance qui grimpe. "C'est ce que nous appelons ici un rôdeur : jouer avec les émotions des gens, si désireux de vous traquer une minute, mais qui ne laisse aucune trace la minute d'après." Ça ferait presque flipper.

Elle ajoute cependant une phrase qu'il faudrait qu'on imprime une bonne fois pour toutes "Le rôdeur est toujours plus source de problèmes et blessé qu'il n'en vaut la peine." Car qui voudrait réellement d'une relation approximative avec quelqu'un qui nous fait nous sentir comme une reine le matin et comme du poisson pourri le soir ? Personne dit comme ça, on est d'accord.

Surtout que ce qu'on oublie quand on se sent rejetée, c'est qu'au début, on n'était pas si intéressée que ça. Et qu'il y avait une raison à ces doutes. Toujours se fier à son instinct et ne pas devenir amnésique dès que celui qui a fait chuter notre confiance en soi au niveau -1000 se repointe, c'est la clé du succès. You is strong, you is kind, you is important. Et c'est pas un accro aux montagnes russes qui va nous faire penser le contraire.