Quand les personnages féminins hollywoodiens s'écrasent sur le plafond de verre

Elle Woods, avocate so girly dans "La revanche d'une blonde"
Elle Woods, avocate so girly dans "La revanche d'une blonde"
Il n'y a pas que dans la vraie vie que la carrière des femmes est freinée par le fameux plafond de verre. Dans les films aussi. C'est ce que met en lumière une récente étude qui passe au crible les métiers exercés par des personnages féminins dans plus de 140 productions ciné de ces vingt dernières années. Résultat : au cinéma, les femmes sont avant tout cantonnées aux rôles d'infirmière de secrétaire ou d'instit'. Vous avez dit sexiste ?
A lire aussi

À Hollywood aussi, le plafond de verre a encore de beaux jours devant lui. Alors qu'il y a moins d'un mois, Patricia Arquette prononçait lors de la cérémonie des Oscars un vibrant plaidoyer en faveur de l'égalité des sexes aux États-Unis, une récente étude publiée par le site FiveThirtyEight pointe elle aussi du doigt le sexisme de l'industrie du cinéma.
Il ne s'agit pas ici de dénoncer les inégalités salariales à Hollywood (pourtant bien réelles), mais d'analyser quel type de profession occupaient généralement les femmes et les hommes au cinéma. Pour cela, le journaliste Walt Hickey a passé au crible quelque 145 longs-métrages sortis en salle entre 1995 et 2015.


Des rôles féminins très clichés

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que dans les films aussi, les stéréotypes ont la peau dure. Tandis que les hommes continuent d'occuper des postes prestigieux ou de pouvoir (en vrac : scientifique, ingénieur, militaire, médecin, homme politique de premier plan), les femmes doivent dans la plupart des cas se contenter de professions considérées comme "féminines". Ainsi, 89% des postes d'infirmière attribués dans les films sont occupés par des femmes (coucou Nurse Betty).


Tout aussi stéréotypées, les professions de secrétaire (81%), de professeur (57%) et de serveuse (53%) sont aussi majoritairement attribuées à des femmes. En revanche, ces dernières doivent batailler dur pour réussir à se hisser aux postes de cadre (28%), de scientifique (25%) ou de Président des États-Unis (5%).


Le train de retard de Hollywood

Le problème, souligne Walt Hickey, ce n'est pas tant qu'Hollywood entretient malgré lui les stéréotypes sur les femmes en milieu professionnel, c'est aussi qu'il est sérieusement en retard sur la réalité de la société américaine d'aujourd'hui. Alors que dans les films, les femmes ne sont que 10% à être médecin, 32% des femmes exercent cette profession dans la "vraie vie". Il en va de même avec la profession d'avocate, exercée par 33% des femmes outre-Atlantique (contre 11% au cinéma). La "palme" du secteur d'activité le plus sexiste au cinéma revient à l'armée. Dans les films, les femmes ne représentent que 3% des soldats. En réalité, l'armée américaine compte 16% de femmes dans ses rangs.


Pour en finir avec ces personnages féminins stéréotypés et bénéficier (enfin !) d'une représentation plus juste des femmes dans le monde du travail, il y aurait bien un moyen : ouvrir davantage le métier de scénariste aux femmes. Actuellement, 89% des scénarios écrits pour Hollywood sont l'oeuvre d'hommes.


Le classement complet des rôles les plus attribués aux femmes :

Infirmière : 89 %

Secrétaire : 81 %

Professeur : 57 %

Serveuse : 53 %

Caissière : 47 %

Assistante : 44 %

"Vente" : 40%

Employée : 31 %

Cadre : 28 %

Scientifique : 25 %

Docteur: 25 %

Narratrice : 24 %

"Business" 19 %

Barman : 15 %

Secrétaire d'un ministre : 13 %

Avocat ou procureur : 11 %

Fonctionnaire : 10 %

Médecin : 10 %

Police : 10 %

Officier : 7 %

Ingénieur : 5 %

Président : 5 %

Soldat : 3 %

Les dossiers