Samuel Benchetrit : il se confie sur Marie Trintignan, Anna Mouglalis et son fils Jules

Samuel Benchetrit : il se confie sur Marie Trintignan, Anna Mouglalis et son fils Jules
Samuel Benchetrit : il se confie sur Marie Trintignan, Anna Mouglalis et son fils Jules
À l'occasion de la sortie en salle d'"Asphalte", son cinquième long-métrage, Samuel Benchetrit a accordé un entretien accordé à "Paris Match", dans lequel il revient sur ses histoires d'amour avec Marie Trintignan et Anna Mouglalis et évoque sa relation avec Jules, son fils.
A lire aussi

Samuel Benchetrit le revendique : il ne fait pas un cinéma "qu'on peut mettre dans des cases". Après les échecs commerciaux de ses deux précédents films Un voyage et Gino, le réalisateur, acteur et écrivain revient en salle avec Asphalte, une comédie tendre et poétique sur les relations de voisinage en banlieue. Adapté de ses écrits autobiographiques, Asphalte s'intéresse aux rencontres entre différents locataires d'un immeuble HLM après que l'ascenseur soit une nouvelle fois tombé en panne : le vieux Sternkowitz (Gustave Kervern) et son infirmière, Jeanne (Valeria Bruni Tedeschi) l'astronaute McKenzie (Michael Pitt) et Mme Hamida (Tassadit Mandi) et le jeune Charly, interprété par son fils Jules, que Samuel Benchetrit dirige pour la seconde fois.

Pourtant, avoue le réalisateur à Paris Match, Jules était loin d'être son premier choix pour jouer cet ado livré à lui-même. "Pourtant, tout le monde me disait qu'il était parfait pour le rôle. Moi, je voulais lui foutre la paix. Si je faisais un navet, je ne voulais pas que Jules y soit mêlé."

C'est le talent de son fils et sa performance stupéfiante lors des essais qui va convaincre Samuel Benchetrit de lui confier le rôle. "Mon fils a fait des études de photographie, il a une passion pour le reportage mais on lui fait de plus en plus de propositions comme acteurs", affirme Samuel Benchetrit, très fier de Jules. Pour autant, pas question de l'inciter à brûler les étapes. "Il veut d'abord faire le Conservatoire pour ne pas être une imposture. Faut dire qu'il a l'exemple d'une famille de bosseurs. Depuis sa naissance, il est sur les plateaux de tournage. Je l'ai élevé seul, j'allais le chercher à l'école et il faisait ses devoirs au pied de la caméra. Très tôt, il a compris que le cinéma, c'était beaucoup de travail."

Pudique, Samuel Benchetrit évoque aussi la mère de Jules, Marie Trintignant, ainsi qu'Anna Mouglalis, les deux amours de sa vie qui l'ont remis sur "le droit chemin" après avoir mené un temps une vie de patachon. "C'est vrai que j'ai eu une image de Parisien mondain, pas moche, qui sortait avec plein de nanas..., admet-il. Quand ça a commencé à marcher pour moi, je me suis un peu cru dans un magasin de bonbons où je pouvais tout dévorer. Cette période n'a duré que deux ans [...]. Mais après, j'ai eu de grandes histoires d'amour avec Marie, Anna. Tout ça, ce sont des étapes de la vie."