Rire durant le sexe, ce n'est pas grave (et on vous dit pourquoi)

Rire durant le sexe, c'est pas grave ! Les psys nous expliquent pourquoi.
Rire durant le sexe, c'est pas grave ! Les psys nous expliquent pourquoi.
En pleine partie de jambes en l'air, force est de constater que l'orgasme est généralement bien plus attendu que le fou rire sonore. Et pourtant, s'esclaffer n'a rien de mauvais. Il est même peut-être temps de briser le gros tabou du rire durant le sexe. Et vite.
A lire aussi

Si nos comédies préférées ont bien souvent ri du sexe, tournant en dérision coups d'un soir flingués, positions acrobatiques dignes d'un cirque ou encore mystères insondables de l'orgasme féminin, il est pourtant encore rare qu'humour et amour fassent bon ménage dans le creux des couettes IRL. Et c'est bien dommage.

Au coeur de ce tabou perdure un phénomène banal mais diabolisé : le rire durant le sexe. S'esclaffer en plein ébat est carrément perçu comme un tue-l'amour, aussi fulgurant qu'une porte qui claque. Mais a-t-on raison de voir là le gros malaise de notre intimité ? Peut-être pas. D'ailleurs, de plus en plus de voix expertes en sexualité(s) nous invitent à déculpabiliser à ce sujet. Et listent les trop méconnues vertus de la galéjade au lit.

Alors, pourquoi le rire n'est pas l'ennemi du sexe ? On vous fait le topo.

Parce que c'est un signe de complicité

Quelle plus belle connivence que de pouffer entre deux poufs ? Si l'on perçoit encore l'éclat de rire en plein câlin comme une perturbation sacrilège, ruinant toute attirance et désirs, bien des spécialistes y voient au contraire la meilleure des preuves dudit désir. Quand le rire est partagé, il consolide une forme de communion, et donc de complicité nécessaire. Nécessaire pour comprendre l'autre, ses attentes, le langage de son corps.

C'est tout du moins ce dont est persuadé le psychologue David W. Wahl. Du côté de la revue Psychology Today, le rédacteur raconte qu'être capable de rire à deux (ou à plusieurs) "renforce l'intimité et par-là même la possibilité de parler de son appréhension dans un environnement accueillant déjà établi, ce qui ne peut qu'intensifier le plaisir éprouvé". Comprendre, qui dit rire du sexe dit parler du sexe tout court, et donc remettre la communication au centre des caresses et positions choisies. Le dialogue doit toujours être assuré entre deux émois.

Une jolie leçon de "sex-ed" s'il en est.

Le rire durant l'amour en couple, un rire libérateur ?
Le rire durant l'amour en couple, un rire libérateur ?

Pour décomplexer le sexe

C'est d'ailleurs là l'une des grandes vertus du fou rire qui débarque sans prévenir : envoyer bouler les tabous. Décomplexer le sexe, enfin. Le rire diminue la pression, permet de se détendre et de s'amuser, ce qui n'est pas rien, "surtout si c'est votre première relation sexuelle et que vous éprouvez de la nervosité concernant vos performances", développe le site en ligne des cultures LGBTQ Pride. Parfois, un sourire suffit.

"Le sexe doit être amusant et ludique, au risque de nous exposer à la gêne. Or ce que l'humour réussit à faire, c'est maintenir l'environnement ludique tout en initiant des sujets de conversation : Oui, parfois les hommes 'jouissent trop vite', et bien parlons-en sans honte. Rien n'est plus important que ce point de vue pour une vie sexuelle saine", achève à ce sujet le psychologue David W. Wahl. On ne saurait mieux dire.

Autodérision et rire complice permettent donc de dédramatiser les relations sexuelles et de confirmer que les bonnes ondes se diffusent convenablement, d'un côté comme de l'autre. Sur la même longueur...

Car l'humour est sexy (aussi)

Preuve de recul sur soi, d'humilité, d'intelligence tout simplement, l'humour contribue volontiers au sex appeal. Il est sexy, ne serait-ce que d'un point de vue psychologique. Comme l'énonce en ce sens Psychology Today, l'usage de la dérision permet de se détendre, à la fois mentalement, et physiquement. Il a été prouvé que le rire permettait "la relaxation du corps, la réduction du stress et la libération d'endorphines", nous dit-on.

En deux mots, qui dit rigolade dit donc meilleure humeur, rythme respiratoire plus limpide, bien-être renforcé. Ce n'est pas innocent si le "yoga du rire" existe bel et bien. Enfin, le rire valorise en un sens la séduction. Il est la preuve d'un certain détachement (à ne pas confondre avec l'indifférence), d'une prise de conscience de ses propres faiblesses ou du ridicule d'une situation. Bref, d'un comportement sans toxicité ou arrogance mal placée.

Rire quand on fait l'amour, un signe de complicité ?
Rire quand on fait l'amour, un signe de complicité ?

Parce que ne pas le faire est encore plus gênant

Un rire sain pour une attitude saine, voilà une équation qui compte dans le sexe. Surtout qu'accepter le rire c'est aussi déboulonner certains réflexes trop patriarcaux, comme l'obsession de la performance ou le culte d'un acte qui se doit forcément d'être "en mode sans échec", purgé de ces couacs qui font (aussi) l'amour. Et puis surtout, ne pas rire peut être encore plus gênant que le rire lui-même. Surtout vu ce que la sexualité peut induire : des bruits chelous, des odeurs spécifiques, des gestes qui tournent au gag... Entre autres.

Autant de détails qui ne peuvent être qu'alourdis par un long silence gêné. Pas la meilleure des soluces si l'on en croit le blog du site d'érotisme destiné aux femmes Bellesa. "J'ai passé une grande partie de ma vie à étouffer un rire en baisant. Je ne voulais pas me gêner ni embarrasser mon partenaire. Or, regardons les choses en face : le sexe est excitant mais il est aussi hilarant", témoigne l'autrice. Et la rédactrice de poursuivre à l'unisson : "Rire crée un sentiment de sécurité, qui mène à de meilleurs rapports sexuels".

Une sécurité pour le moins utile dans les situations consenties que Bellesa décrit : un rire complice enclenché par un doigt dans les fesses quelque peu maladroit (des ongles trop coupants, ça fait mal) ou un cunnilingus à califourchon trop étouffant sur le moment. En rire pendant, ou après, c'est enfin faire comprendre quand quelque chose ne va pas. "Ignorer un événement, comme lorsque votre partenaire fait quelque chose de gênant, peut contribuer à dissimuler le problème", ajoute à ce titre la revue Psychology Today.

Bien vu.

Parce que le feelgood est (très) contagieux

Le point fort du rire, fou ou non, est qu'il est aisément contagieux. Et quand il l'est, l'inconfort a tendance à tirer sa révérence. "Un rire ou deux pourrait être ce dont vous avez besoin pour rendre le sexe encore plus hot", ose ainsi théoriser le blog de Bellesa. Même son de cloche du côté du magazine Out, qui voit en l'acte charnel quelque chose "d'intense et émotionnel, mais aussi de léger et idiot - même si pas tout le temps, c'est vrai".

Et bien au contraire, le rire ne rend pas le sexe "idiot" mais d'autant plus sensé, pourrait-on ajouter. Il met en évidence son importance et sa valeur, des deux côtés du lit. Après tout, "c'est sexy de voir votre partenaire heureux ou heureuse, sourire et rire pendant les rapports sexuels, lâcher prise et de s'amuser pleinement", achève le site des cultures LGBTQ Pride. Comme une attention portée à l'autre.

Alors la prochaine fois, libérez donc ce rire que l'on ne saurait entendre.