Elle reçoit un avertissement pour ne pas s'être maquillée au travail

Son employeur lui oblige à se maquiller
Son employeur lui oblige à se maquiller
Après être arrivée en retard à cause des bouchons, une employée de bar s'est faite sermonner par son patron qui lui reproche en plus de ne pas se maquiller. Un exemple de sexisme ordinaire.
A lire aussi

A Bordeaux, une femme s'est fait sermonner par son responsable pour être arrivée en retard au travail. Il en a profité pour lui rappeler que, puisqu'elle est en contact avec les client·es, elle devrait porter du maquillage.

C'est ce qu'a révélé la fille de l'intéressée, Celia, sur Twitter, le 19 décembre dernier, en publiant la lettre de l'employeur. Elle décrit dans ses tweets la situation : sa mère est barmaid rue Sainte-Catherine à Bordeaux et son retard du samedi 8 décembre était dû aux embouteillages à la suite d'une manifestation des gilets jaunes.

Dans cet avertissement remis en main propre, son absence lui est reprochée mais pas seulement : "Je vous rappelle également, que compte tenue de votre contact avec la clientèle, je souhaiterai que vous vous maquilliez. Je souhaite que ce courrier vous fasse prendre conscience de vos responsabilités professionnelles et que votre attitude au travail en sera modifié." [sic]

Mais pour sa fille, la vraie raison pour laquelle l'employeur de sa mère la reprend, c'est son manque de maquillage au travail.

Elle évoque ensuite le sexisme de cette lettre : "J'aimerai donc vous demandez de partager ce tweet compte tenu du sexisme présent. Une personne, qu'elle soit à la vue du client ou non, peut se maquiller ou non s'il.elle le souhaite." [sic]

Celia finit par ajouter : "'Sois belle et tais toi' est la seule chose à retenir de cette lettre."

Une injonction à se maquiller disproportionnée

Dans ses réponses aux commentaires, Celia dénonce aussi le fait que sa mère ne soit utilisée que pour attirer les clients : "Le problème c'est de vouloir faire apparaître la femme ultra sexy pour le client, c'est ce côté qui n'est pas appréciable. C'est aussi la façon de demander ça surtout que ça n'a pas été précisé lors de l'entretien ni même dans le contrat ! [...] Là on parle de sexisme car il veut faire de ma mère un appât à client, comme les mannequins torse nu devant les magasins Abercrombie, c'est de la sexualisation, donc du sexisme". [sic]

Cette injonction de maquillage aurait même ébranlé la confiance en soi de la barmaid : "C'est même vexant pour ma mère, elle se dit qu'elle est pas belle sans maquillage etc c'est vraiment n'importe quoi".

Les internautes qui ont retweeté son message près de 4000 fois encouragent la mère de Celia.

C'est d'ailleurs grâce à ces messages de soutien que l'employée a décidé de parler.

Si elle ne souhaite pas dévoiler le nom de l'établissement dans lequel elle travaille, elle a tenu à raconter son histoire à France Bleu Gironde : "Je trouve ça inadmissible, humiliant et irrespectueux".

Pourtant on le rappelle, aucune disposition du code du travail n'oblige un employeur ou une employeuse à vous demander de porter du maquillage. Celia précise d'ailleurs qu'une tenue correcte est demandée dans le contrat de sa mère mais qu'aucune obligation de se maquiller n'est précisée.

En effet, selon l'article L120-2 du code du travail : "Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché." Et dans ce cas précis, le port du maquillage pourrait être considéré comme une demande disproportionnée par rapport au but recherché, qui est de servir en tant que barmaid.