Le premier réseau social féministe, Smashboard, récompensé d'un prix

Smashboard, le premier réseau social féministe récompensé d'un prix
Smashboard, le premier réseau social féministe récompensé d'un prix
Malgré les réglements et modérateurs de l'ombre, sexisme ordinaire et harcèlement perdurent volontiers sur les réseaux sociaux. Tous ? Non. Couronnée d'un prix de l'innovation, la plateforme Smashboard incarne un concept novateur : un réseau social féministe.
A lire aussi

"Votre allié numérique pour briser le patriarcat !". C'est ainsi que se présente le réseau social Smashboard. Réseau social, oui, mais surtout réseau social féministe, ce qui n'est pas si courant, même en ces temps d'apogée de l'activisme digital. Se définissant comme une organisation à but non-lucratif "dirigée par des survivant·e·s et centrée sur les survivant·e·s", Smashboard propose plus précisément, sur ordinateur et en application pour smartphone, un espace d'échange et d'aide pour les victimes de violences sexistes et sexuelles.

Apporter solidarité et ressources à celles et ceux qui se sentent seul·e·s au monde, mais aussi et surtout un "safe space" où il fait bon dialoguer, voilà le concept de cette plateforme sociale créée en novembre 2019. Avec, comme mot-clé, la bienveillance, mais aussi la sororité - Smashboard proposant notamment une liste des associations et structures féministes à travers le monde. Un projet qui fait sens, tant et si bien qu'il vient d'être sacré par un prix : celui de l'observatoire Netexplo, décernant son Grand Prix à l'initiative 2021 dans le cadre du Forum Innovation.

Depuis treize ans, Netexplo récompense les projets numériques les plus ambitieux, s'attardant notamment sur l'impact des nouvelles technologies, le partage des innovations et des tendances digitales. On comprend que Smashboard n'ait pas échappé au regard de ces professionnel·le·s lors de la dernière cérémonie.

La création d'une activiste indienne

Netexplo a salué sur Twitter la plateforme pour sa lutte quotidienne contre "le patriarcat et la violence de genre". Et à travers le site novateur, sa fondatrice, la journaliste indépendante et activiste indienne Noopur Tiwari. Fonder un site comme Smashboard et l'implanter en France, mais aussi en Inde, était plus qu'une innovation pour cette dernière : c'était une urgence, dans un pays où se multiplient envers les jeunes femmes et filles les violences sexistes et sexuelles, les discriminations et agressions, les viols et les féminicides.

Face à ces fléaux, la plateforme propose de s'informer, témoigner, trouver de l'aide, en tout anonymat, auprès de voix attentives. Une mission à laquelle tient beaucoup Noopur Tiwari. En plus d'avoir imaginé Smashboard il y a deux ans de cela, la journaliste est également la co-instigatrice d'un compte Twitter, Genderlogindia. Sur cette page suivie depuis sept ans par plus de 23 000 internautes, se succèdent partages d'articles, échanges et fils tout aussi féministes. Le but du compte étant "d'imaginer l'égalité" en s'interrogeant particulièrement sur le genre.

L'activisme digital a encore de beaux jours devant lui.