Le comportement sexiste d'un candidat de "Top Chef" choque

Top Chef du 20 février
Top Chef du 20 février
Un candidat de "Top Chef 2019", Ibrahim, s'est fait hier éliminer de l'émission pour son comportement jugé autoritaire vis-à-vis de sa binôme Alexia. Une séquence que les telespectateur·trices ont trouvé sexiste.
A lire aussi

Ce mercredi 20 février était diffusé un nouvel épisode de l'émission Top Chef sur M6. Dans ces nouvelles épreuves de la saison 10 de la compétition culinaire, les candidat·es devaient concocter une assiette de la mer en binôme. Leur savoir-faire respectif devait se compléter pour arriver à un plat final.

Sauf que pour l'une des équipes, cela ne s'est pas exactement passé comme ça. Dans l'équipe d'Ibrahim et d'Alexia, ce dernier a voulu faire sa recette à sa sauce sans écouter sa partenaire ou tenter de mélanger leur recette.

Ibrahim est cassant, ne prend pas en compte ses conseils et ne la regarde même pas pendant la préparation. Quand la candidate essaie de lui parler, il reste fermé sur ce qu'il fait, faisant la sourde oreille. Quand elle lui parle par exemple de compromis, il reste baissé sur son assiette. Il la rudoie même en lui expliquant qu'il n'a pas de temps à perdre à parler.

Et quand Alexia lui explique que le plat est trop gras pour encore y ajouter du beurre, il rétorque : "Je suis cuisinier quand même !", oubliant par là même qu'elle aussi est cuisinière et qu'elle peut avoir une expertise.

Sa coéquipière résume ainsi : "On se tait, chacun fait son truc."

Hélène Darroze en coulisses commente son attitude : "Je sens qu'on va discuter un petit peu ensemble, Ibrahim" avec un sourire effaré.

Elle poursuit : "On ne peut pas avoir un comportement comme ça quand on travaille à deux, ça n'est pas possible, donc il va m'entendre et il va savoir ce que j'en pense."

Contrairement au binôme d'Ibrahim, dans une autre équipe mixte, celle de Camille et Damien, celui-ci écoute un peu plus les suggestions de sa partenaire pour rester dans le thème de l'épreuve. Il salue même les choix de sa coéquipière.

Dans cette séquence, on est dans un concentré de misogynie, refus de l'écoute et de mansplaining.

Le comportement d'Ibrahim n'a pas du tout plu aux telespectateur·trices qui ne se sont pas privé·es de réagir sur les réseaux sociaux.

Pour tenter de se justifier, Ibrahim a donné une interview au Figaro en disant : "J'ai douze ans de carrière, j'ai travaillé dans des étoilés, j'ai toujours connu des moments de tension. Je défie n'importe quel cuisinier de venir me dire le contraire. C'est impossible. À moins de travailler dans une sandwicherie où l'on vend du thon-mayonnaise! Je n'arrive toujours pas à croire Hélène Darroze."

Au moment où elle le nomme pour aller à l'épreuve éliminatoire dite de "la dernière chance", la cheffe lui explique pourquoi : "C'est bien d'avoir de la personnalité, mais dans une brigade, on fait partie d'une groupe et on se met au service du groupe. Ça n'est pas une sanction mais une mise en garde, en disant non, ça n'est pas comme ça que je veux travailler dans ma brigade."

Ibrahim tente alors de se justifier en disant que "la cuisine, c'est des coups de feu, c'est aussi des cris. Hier, on était vraiment en coup de feu."

Et Hélène Darroze de lui rétorquer avec force : "Moi, la cuisine c'est jamais des cris. Si tu viens dans ma cuisine, tu n'entendras jamais des cris. Quand justement il y a du stress et des coups de feu, on le gère dans le calme et la communication, ça pour moi c'est un point d'honneur et c'est l'exemple que je veux donner."

Après un ratage de cuisson d'un ris de veau, Ibrahim est finalement éliminé. Ce qui laisse un goût d'inachevé pour sa cheffe Hélène Darroze qui parle d'un "excellent cuisinier, tellement passionné, il aime tellement ce qu'il fait." Mais il y aura-t-il une remise en question de ce candidat prometteur ?