Zahia Dehar : "Une femme facile, c'est une femme forte"

Zahia Dehar : "Une fille facile est une femme forte"
Zahia Dehar : "Une fille facile est une femme forte"
A l'affiche du film "Une fille facile" de Rebecca Zlotowski, sélectionné à Cannes, Zahia Dehar dénonce les doubles standards auxquels sont confrontées les femmes lorsqu'il s'agit de vivre leur vie sexuelle pleinement.
A lire aussi
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de Katharina Mückstein
News essentielles
Nouvelle femme de cinéma : les confidences de Katharina...

Ancienne escort-girl, directrice de sa marque de lingerie et jadis protégée de Karl Lagerfeld, Zahia Dehar a un parcours qui fascine. Lundi 20 mai, elle a monté les marches du Palais des festivals, à Cannes, pour son rôle dans le film Une fille facile, réalisé par Rebecca Zlotowski - un long-métrage qui fait partie de la sélection officielle de cette 72e édition.

L'histoire d'une jeune femme, Sofia (interprétée par Zahia Dehar), qui rejoint sa cousine de 16 ans Naïma (Mina Farid) à Cannes justement, et l'emporte dans un tourbillon de luxe et de luxure. "Le Mépris réinventé", selon Les Inrocks.

Zahia Dehar serait donc une étoile montante du cinéma ? Une nouvelle corde à son arc qui a en tout cas convaincu les critiques (Le Monde salue quant à lui "la prise de risques et la mise en danger d'un casting qui documente à lui seul les rôles des personnages"). Mais la qualité qui nous fait d'autant plus apprécier la nouvelle actrice, c'est le propos féministe qu'elle a tenu au micro d'Azzeddine Ahmed-Chaouch, journaliste pour l'émission Quotidien sur TMC.

Alors que ce dernier lui dit que le fait qu'elle s'intéresse au cinéma d'auteur peut être étonnant, "non ?", elle rétorque posément que "C'est sûr que ça peut être étonnant, parce que dans cette société on met les femmes dans des cases. Et juste parce qu'on porte une mini-jupe on est forcément stupide".

Elle poursuit : "Tout signe de féminité est considéré comme péjoratif. Mais s'il suffisait de mettre un col roulé pour être intelligente, ce serait très facile, non ?" Puis intervient sur la notion de "fille facile" et ses implications : "Nous sommes toutes des filles faciles. Pour moi, une fille facile, c'est une femme forte, c'est une femme libre. C'est une femme qui s'épanouit dans sa vie sexuelle, à l'égal d'un homme".

Et c'est justement ce qui dérange la société, qu'une femme soit maîtresse de sa propre sexualité. Zahia Dehar l'a bien compris et insiste en mettant en parallèle la façon dont on traite les hommes qui vivent leurs désirs comme ils l'entendent : "Ça n'existe pas le mot "homme facile", non ?". Une réflexion qu'on ne peut qu'approuver, tout en prêtant serment à son club de "filles faciles" épanouies dans notre sexualité !