Gretchen Molannen : souffrant d’orgasmes à répétition, elle se suicide

Gretchen Molannen : souffrant d’orgasmes à répétition, elle se suicide
Gretchen Molannen : souffrant d’orgasmes à répétition, elle se suicide
Maladie extrêmement rare identifiée il y a seulement une dizaine d'années, le syndrome d'excitation génitale persistante se traduit par une quasi-permanente excitation sexuelle dénuée de tout désir chez les femmes qui en souffrent. Une pathologie lourde et handicapante, qui a poussé Gretchen Molannen, une Américaine de 39 ans, à mettre fin à ses jours, après avoir livré son témoignage au Tampa Bay Times.
A lire aussi


Son témoignage avait été publié sur le site du Tampa Bay Times le 30 novembre : Gretchen Molannen, une Américaine de 39 ans, y racontait le calvaire qu'elle subissait depuis 16 ans, atteinte du très rare syndrome d'excitation génitale persistante. Une maladie gênante et surtout particulièrement handicapante, qui se traduit par une excitation physique incontrôlable, malgré une absence totale de désir sexuel. Pour se soulager, les malades doivent se masturber, parfois des heures durant, jusqu'à atteindre l'orgasme. Une boucle qui se répète inlassablement, pouvant aller jusqu'à provoquer cinquante orgasmes par jour, provoquant un stress intense et une incapacité à travailler : à bout de force, Gretchen Molannen a mis fin à ses jours le 1er décembre dernier, incapable de faire front plus longtemps.

« Je panique, j'ai peur de mourir et puis je m'effondre sur le sol »

« C'est comme un bouton qu'on voudrait mettre sur off, mais qui ne répond pas. Quand l'excitation arrive, elle est incontrôlable. Je suis en sueur, mon cœur bat à tout rompre, chaque centimètre de mon corps me fait mal. Je panique, j'ai peur de mourir et puis je m'effondre sur le sol et éclate en sanglots », confiait-elle, épuisée, aux journalistes du Tampa Bay Times. Un handicap qui l'empêche de travailler et l'a poussée à demander deux fois en vain une pension d'invalidité. Elle avouait songer au suicide fréquemment. Avant de se donner la mort, Gretchen Molannen a envoyé un mail à la rédaction du Tampa Bay Times, remerciant les journalistes de lui avoir permis de témoigner, espérant que son récit pourrait aider d'autres femmes souffrant de cette maladie rare, qui peut facilement susciter l'incrédulité ou les moqueries. « J'espère que d'autres femmes qui souffrent en silence auront désormais le courage d'en parler à un médecin », confie-t-elle dans son dernier mail.


Voir la vidéo du Tampa Bay Times sur Gretchen Molannen :

Crédit photo : Tampa Bay Times

VOIR AUSSI

Troubles de la sexualité : le désir féminin passé au scanner
Comment obtenir et reconnaître un orgasme ?
L'addiction sexuelle, c'est quoi ?
« Il n'y a pas de différence entre l'addiction au sexe et à l'alcool »