Obésité et anorexie : un simple anticorps qui dérègle l'appétit ?

Obésité et anorexie : un simple anticorps qui dérègle l'appétit ?
Obésité et anorexie : un simple anticorps qui dérègle l'appétit ?
Un anticorps serait responsable de la sensation de satiété, d'après une équipe de chercheurs français. Cette découverte expliquerait les difficultés éprouvées par certains obèses pour contrôler leur appétit : l'hyperphagie serait due à un dysfonctionnement du taux de ghréline, l'hormone de la faim. Rétablir cet équilibre permettrait de résoudre certains troubles alimentaires.
A lire aussi


Un des principaux problèmes des obèses est de pouvoir contenir leur appétit. Cette tendance à l’hyperphagie serait due à une absence de sensation de satiété. L’appétit étant mal régulé, la faim est constante. Une récente découverte de chercheurs français de l’Institut de la santé et de la recherche médicale (Inserm), publiée en octobre dans la revue Nature Communications, démontre que chez les obèses, un anticorps est à l’origine de ce dysfonctionnement.

>> Obésité : l'estomac empêche la perte de poids <<

Quand l’hormone de la faim perd le contrôle

D’après les chercheurs, c’est un anticorps nommé immunoglobuline qui ralentit l’ « hormone de la faim », la ghréline. Le Pr Pierre Déchelotte, directeur de l’unité Nutrition, inflammation et dysfonction de l’axe intestin-cerveau, explique au Nouvel Obs que « les immunoglobulines, dirigées contre la ghréline, ont des propriétés particulières dans le cadre de l’obésité (…) elles permettent de capter plus de molécules de ghréline et de la protéger contre la dégradation rapide qui a lieu habituellement ». « De ce fait, la quantité d’hormones qui va pouvoir être libérée au niveau de son récepteur dans le cerveau va être plus importante », poursuit-il. C’est ainsi qu’arrivent les kilos en trop, puisque la personne sujette à ces troubles mangera plus que nécessaire.

Réguler l’appétit pour soigner l’anorexie ?

En plus d’expliquer pourquoi les obèses sont sujets à l’hyperphagie, cet anticorps pourrait être un moyen de guérison. Le contrôler permettrait aux obèses d’avoir une sensation de satiété normale, et d’ainsi pouvoir se réguler. « Si on arrive à modifier les propriétés des immunoglobulines, on va pouvoir diminuer l’intensité de l’hormone de la faim », espère le Pr Pierre Déchelotte. Les obèses ne seraient pas seuls à bénéficier de cette découverte : d’autres troubles alimentaires, tels que l’anorexie, pourraient être soignés grâce à cet anticorps. Pour le chercheur, c’est une piste à explorer : « on pourrait essayer de restaurer l’efficacité de la ghréline au cours de l’anorexie mentale en manipulant ces immunoglobulines. »

VOIR AUSSI

Du chocolat pour lutter contre l'obésité ?
Des salariés américains obèses payés pour perdre du poids
Obésité : « Réduire une personne à son poids, c'est l'empêcher de trouver une solution »