Sortir du nucléaire: Comment faire baisser sa consommation énergétique

Sortir du nucléaire: Comment faire baisser sa consommation énergétique
Sortir du nucléaire: Comment faire baisser sa consommation énergétique
Dans cette photo : Eric Besson
Après avoir abordé avec vous le sujet du photovoltaïque comme une des solutions pour sortir du nucléaire, nous allons aborder le sujet de l'économie d'énergie.
A lire aussi

S’il est vrai que les énergies alternatives comme le photovoltaïque, l'éolien, la géothermie et l'aérothermie sont des solutions importantes pour l'alternative au nucléaire, il est important aussi d'agir soi-même au quotidien pour diminuer sa consommation.

Nous serons de plus en plus nombreux sur Terre dans les années à venir du fait de l'évolution démographique Nous sommes 6,842 milliards d'habitants en 2011 et nous serons vraisemblablement 15 milliards en 2050. De ce fait, si nous ne voulons pas avoir besoin de construire toujours plus de centrales nucléaires ou thermiques, il est temps que chacun d'entre nous se prennent en mains et commence à faire attention à sa consommation d'énergie pour au moins deux raisons : la première écologique, la deuxième économique.

On peut dire que ces dernières années, le prix de l’énergie n’a cessé d’augmenter. Rien qu’en 2010, par exemple, le prix de l’énergie a connu plusieurs hausses. On se souvient notamment de la hausse de 3-5% du prix de l’électricité au mois d’aout et de celle du début de l’année 2011 (encore 3 à 5%). Pour le gaz, les augmentations d’avril et de juillet ont totalisé une hausse de 15% pour 2010. Pour l’électricité par exemple, le ministre de l’énergie, Éric Besson, a déclaré qu’une augmentation de son prix était « inéluctable ». Cette hausse serait applicable à partir du mois d’aout. Elle servira surtout à financer les investissements indispensables à la prolongation de la durée de vie du parc nucléaire national et au financement de la promotion des énergies renouvelables.

Alors pour faire rimer Écologie et Économie, appliquons quelques bons gestes et réflexes au quotidien pour diminuer notre consommation électrique. Nous allons passer en revue quelques gestes simples qui peuvent rapporter gros pour le porte-monnaie et l'environnement.  

Pensez à éteindre la lumière en quittant une pièce et apprenez-le aux membres de votre famille. Tous ensemble vous pourrez faire économiser près de 4 € par lampe et par an. Évitez les lampes halogènes car une lampe halogène de 500 watts consomme l'équivalent de 23 lampes.

Essayez de remplacer les lampes traditionnelles par des lampes basse consommation. Elles coûtent plus cher, mais permettent d'économiser 53KWH  par an et durent environ 4 fois plus longtemps. Dans les zones de passage (escaliers, extérieurs et couloir), installez un système avec détecteur de présence judicieusement placés Il faut savoir aussi qu'il est important de débrancher les chargeurs dès que le temps de charge s'est écoulé. En effet, lorsque votre chargeur est branché à votre prise et qu'il n'y a pas d'appareil relié, le courant passe dans un fil de très grande longueur et dépense donc beaucoup d'énergie par effet de Joule. C'est la raison pour laquelle le chargeur est encore chaud même s'il n'y a plus de téléphone branché dessus. Réchauffer les plats au micro-ondes quand c'est possible. Cela réduit le temps de cuisson de 15 à 20% et économise de l'énergie. Éteignez vos plaques de cuissons électriques un peu avant la fin de la cuisson car elles restent encore chaudes quelques minutes après les avoir éteintes. N'installez pas votre réfrigérateur ou congélateur près d'une source de chaleur telle qu'une cuisinière ou radiateur.

Éteignez votre chauffage lorsque vous aérez une pièce. Fermez la trappe de votre cheminée lorsque le feu est complètement éteint et fermez les rideaux et volets pour conserver la chaleur la nuit. Diminuez la température de votre thermostat une heure avant d’aller dormir ou de quitter la maison. Je baisse la température de l’eau chaude, je préfère une douche à un bain, je coupe l’eau quand je me savonne. Baissez la température d’un degré durant la journée. J’utilise une douchette économique (6 à 8l/min) et un mousseur. Entretenez régulièrement vos convecteurs, la poussière baisse les performances de votre appareil. Repérez les fuites sous les portes, les toits ou les fenêtres en passant un papier très léger le long des huisseries. De plus, si vos portes et fenêtres sont plus froides que vos murs, renseignez-vous pour faire poser des doubles vitrages ou utilisez des coupe-froids. Pensez aussi à nettoyer les rails des portes coulissantes. La poussière ou de petits cailloux pourraient désaxer vos portes et permettre à l'air d'entrer. Quant aux sols froids, recouvrez-les d'un tapis ou d'un plancher flottant. En choisissant bien son équipement domestique, et en adoptant les bons comportements, on pourrait baisser cette consommation de 40%, sans perte de confort Attention au superflu selon Ecoconso, la clim revient à 4 € par m2 et par an, soit un surcoût de 80 € environ pour une pièce de 20 m2. Dans le sud en fermant les volets dans la journée cela garde la fraicheur à l'intérieur et ne coute rien. Le lave-linge ne doit tourner qu’en pleine charge (selon le programme choisi), et à basse température (un programme consomme 0,50 kWh à 40° contre 1,19 kWh à 60°). De plus si vous avez un tarif nuit faite tourner vos machine après 22h cela coutera moins chère.

Surveillez les étiquettes énergie : Apparue en 1994, est une initiative de la Commission européenne pour améliorer l'information des consommateurs européens, elle renseigne sur les consommations des différents modèles et constitue désormais un des critères décisifs du consommateur pour effectuer le choix de son appareil électroménager. Elle est en effet obligatoire pour les appareils électroménagers suivants : réfrigérateurs, congélateurs, combinés, lave-linge, sèche-linge, lave-linge séchant et lave-vaisselle mais aussi pour les lampes, les fours électriques et les climatiseurs. Les "bonnes notes" commencent au A et les appareils "cancres" à proscrire sont notés en G. Des couleurs explicites (flèche verte pour le A économe et flèche de couleur rouge pour le G vorace) complètent la lisibilité du dispositif. Si les équipements de classe A sont plus chers à l'achat que les autres produits, leur surcoût est en général amorti par les économies qu'ils permettent de réaliser. Des appareils classés A+ voire même A++ pour les réfrigérateurs et congélateurs existent désormais pour illustrer les progrès réalisés par certains fabricants. Le choix d'une classe est très loin d'être neutre sur l'écologie, à titre d'exemple, un lave-linge classé A+ consomme 20 % d'électricité en moins qu'un appareil A. Un lave-linge classé A consomme 35 % de moins qu'un appareil de catégorie D et 50 % de moins qu'un appareil classé G. Les appareils électroménagers devront remplir ces prescriptions dès 2011.

La consommation des appareils laissés en veille (Sources : ADEME, Cent20, autres) Un ordinateur éteint mais qui reste branché continue à consommer de l’électricité (environ 70 Wh en une journée). En laissant les appareils en veille, on augmente la facture d’électricité de 10 % ! Si on n’y prend pas garde, la télévision, le magnétoscope, le lecteur de DVD, la chaîne Hi-Fi, le décodeur TV, l’amplificateur d’antenne, etc., restent en veille en permanence et finissent par consommer davantage « éteints » qu’allumés. C’est très net avec les appareils qui ne fonctionnent pas très longtemps dans l’année : un magnétoscope utilise plus de 90 % de sa consommation électrique annuelle… quand il ne marche pas ! Une famille bien équipée en audiovisuel peut consommer de moins de 100 à plus de 800 kWh/an, uniquement pour les appareils en veille. Pour certains ménages, les veilles deviennent le premier poste de consommation électrique de la maison (hors chauffage et cuisson). Une TV en veille pendant 1 nuit consomme autant que pour regarder un film de 2 heures.

Quelques exemples de consommation :

Cafetière électrique Nespresso En veille : 2 watts

Freebox HD En veille : 8 watts

Imprimante laser en veille : 3 Watts

Les tables de cuisson à induction consomment moins lors de la cuisson, mais elles présentent une consommation de veille importante (de 8 à 18 Watts) qui représente un tiers de leur consommation annuelle. Privilégiez donc les tables vitrocéramiques ou en fonte (ou à gaz si vous disposez du gaz naturel).

Adaptez la température de votre réfrigérateur : refroidir plus que nécessaire le réfrigérateur ou le congélateur n’est pas utile (températures moyennes conseillées : réfrigérateur = +5°C / congélateur = -18°C). Chaque degré en moins sur les températures conseillées consomme 5% d’énergie en plus.

Changez les vieux appareils électroménagers :

Ils consomment généralement plus d’énergie que les nouveaux appareils. Par exemple, un nouveau réfrigérateur-congélateur consomme en moyenne 60 % de moins d’énergie que les modèles fabriqués en 1984, et 50% pour les lave-vaisselles.

Dégivrez vos frigo et congélateur : il est très important de dégivrer régulièrement ses appareils afin d’en assurer la plus grande efficacité. Une couche de givre de 3 mm augmente de 30 % la consommation d’énergie. Pour le lave-linge : privilégiez les cycles à basses températures. Sachez qu'un lavage à 90° consomme 3 fois plus qu'un lavage à 30 ou 40° !

Il est aussi préférable de renoncer à la phase de prélavage pour le linge légèrement ou normalement sale.  Enfin, pensez à utiliser le programme "éco" si vous en avez un, car il peut vous faire économiser jusqu'à 25% d'énergie qu'un lavage normal. Pour le sèche-linge : si vous n'avez pas la possibilité de sécher votre linge à l'air libre (ce qui reste incontestablement le moyen le plus économe), faites fonctionner votre sèche-linge qu'avec du linge bien essoré et sans le surcharger car l'air chaud doit pouvoir bien circuler à l'intérieur. Ne laissez pas non plus votre linge sécher trop longtemps car cela engendre une perte d'énergie et peut endommager vos vêtements synthétiques.

Depuis le 1er janvier 2007, le marché de l’électricité s’est libéralisé, ce qui veut dire que vous pouvez choisir votre fournisseur d’électricité et de gaz. Alors pourquoi ne pas choisir un fournisseur d’électricité produite à partir de sources renouvelables (d’autant qu’il pourrait s’avérer moins cher) ?

En conclusion : Adoptons la Négawatt attitude (en référence aux MWh non consommés) en combinant les bons gestes, la bonne attitude économique et les énergies renouvelables. Comme cela nous limiterons notre consommation d'énergie et de ce fait nous pourrons au fil du temps réduire notre dépendance aux centrales nucléaires. Des petits gestes entrainent des économies qui multipliées par chacun entrainerons de très grandes baissent de consommation, beaucoup moins de pollution. A vous de jouer pour apporter votre pierre à l'édifice.

Ecologiquement votre Rémy http://www.eco-planete.org/

VOIR AUSSI

Vers un gel du prix du gaz jusqu’en 2012?

Semaine du développement durable : nos comportements ont évolué

Sortir du nucléaire !