Sur Instagram, des femmes rendent hommage à leur cellulite

Des publications Instagram pour briser le tabou de la cellulite.
Des publications Instagram pour briser le tabou de la cellulite.
La cellulite sans filtre, c'est ce pour quoi militent de nombreuses internautes sur Instagram. A travers le hashtag #CelluLIT, elles rendent compte de la diversité des corps. Sans complexe.
A lire aussi

"J'ai passé tellement d'années à cacher mes cuisses parce que j'avais tellement honte de ma cellulite", déplore sur Instagram la journaliste et blogueuse Liz Black. L'espace d'un post introspectif, elle revient sur ces étés passés à "s'étouffer dans des jeans, tout simplement parce que je n'osais pas enfiler un short et montrer la vérité au monde". Aujourd'hui, c'en est fini de complexer. Photos à l'appui, elle dévoile cette "vérité" et l'affirme fièrement : "aucune marque ou cicatrice ne me poussera plus jamais à me couvrir".

Cette publication, elle l'orne de tags évocateurs comme #bodypositive ou #fatfashion, mais surtout d'un joli mot-clé : #CelluLIT. Sur les réseaux sociaux, elles sont nombreuses à en faire un slogan de ralliement pour contrer les représentations trop photoshoppées du corps féminin. "Un rappel à ceux qui en ont besoin : c'est bien de donner de l'amour aux parties moues et grumeleuses !", s'enthousiasme une autre internaute, selfie à l'appui et cellulite à l'avenant. Un élan forcément sororal qui fait plaisir à voir au sein d'un réseau social qui ne nous avait pas forcément habitué à célébrer ces "à-côté" que les magazines de mode fuient comme la peste.

Gloire à la cellulite

A l'initiative de cette impulsion, les publications virales d'Iskra Lawrence, la mannequin et militante body positive aux plus de quatre millions de followers. Sur Instagram, l'égérie de la ligne de sous-vêtements Aerie pose dans le parc pastoral de Mountain Creek. Sans maquillage ni retouche, un maillot de bain rose vif lumineux sur les épaules et un sourire solaire au visage, elle prend le contre-pied du traditionnel "cachez cette cellulite que je ne saurais voir". En affichant la peau de ses cuisses sans le moindre filtre, elle porte sur elle un discours, propice à décomplexer ses plus jeunes fangirls : "je me moque de ce que les gens pensent de moi. La vie est tellement plus facile quand vous la vivez pour VOUS. Pas pour l'idéal de beauté tel qu'il est défini par autrui, la validation d'untel ou une quelconque idée de perfection socialement construite. Être toi, c'est déjà suffisant".

Et ce cri du coeur a su libérer la parole. D'un post à l'autre, ce que d'aucuns effaceraient est enfin dévoilé, normalisé, magnifié. "90% des femmes ont de la cellulite ! OUI ! Même les modèles de fitness ! C'est normal !", décoche une internaute, tandis qu'une autre ironise : "Oh non ! J'ai de la cellulite. Je devrais courir et me cacher ou la cacher et être gênée, n'est-ce pas ? FAUX. Quel gaspillage d'énergie ridicule que d'essayer de la dissimuler. Si vous n'aimez pas cela, ou si vous pensez que ce n'est pas beau, cool, mais la vie est bien trop courte pour que vous passiez une seconde de plus sans avoir confiance en vous". Chacun de ces portraits abondamment likés se fait ainsi l'éloge très "mind positive" d'un amour de soi trop souvent malmené.

Dans sa publi', la blogueuse Liz Black emploie non sans ironie le tag #summerbody pour illustrer tout ce discours body positive joyeusement relayé. D'habitude synonyme d'injonctions, de restrictions et de beauté normalisée, il exprime ici une vision libre et décomplexée du corps et du rapport à soi. L'été qui fait rêver, quoi. Le #CelluLIT power !