Les Afghanes postent leurs tenues traditionnelles pour résister aux talibans

Sur Twitter et Instagram, la force politique du hashtag #donottouchmyclothes.
Sur Twitter et Instagram, la force politique du hashtag #donottouchmyclothes.
En Afghanistan, les citoyennes font de la résistance sur les réseaux sociaux. Sur Twitter et Instagram, les Afghanes postent des photos de leurs tenues traditionnelles pour protester contre le code vestimentaire imposé par les talibans.
A lire aussi

"Nous portons fièrement nos vêtements afghans traditionnels et colorés". On trouve désormais sur la Toile de nombreux messages comme celui de la scientifique Fatima Kakkar. Du côté des réseaux sociaux, les filles et femmes afghanes revendiquent le respect de leurs libertés fondamentales face à la répression talibane à travers le hashtag #DoNotTouchMyClothes. A savoir : "ne touche pas à mes vêtements".

L'idée ? Célébrer la beauté des tenues traditionnelles afghanes afin de protester contre le "code" vestimentaire imposé par les talibans, qui ont repris le contrôle du pays le 15 août dernier. Durant leur précédent régime (1996-2001), la loi islamique (ou charia) souhaitée par les talibans, rendait obligatoire le port de la burqa, ou voile intégral, pour les femmes. Si le porte-parole Zabihullah Mujahid a annoncé que celle-ci ne serait pas imposée aux femmes, nombreuses furent néanmoins les citoyennes à "s'approvisionner" de façon préventive en août dernier, comme l'avait rapporté la journaliste Clarissa Ward.

Initié par la docteure et professeure d'histoire Bahar Jalali, #DoNotTouchMyClothes se déploie donc en réaction à ce contexte plus qu'alarmant, mais aussi à une récente manifestation pro-talibans organisée dans une université de Kaboul, comme le relate RFI. Manifestation fondamentaliste au sein de laquelle l'on pouvait notamment voir des femmes au corps intégralement couvert.

Une courageuse mobilisation digitale

Des images chocs qui contrastent avec les vêtements choisis par les internautes afghanes : des tenues bariolées, ornées, colorées, ne cachant pas le visage. Du côté de France 24, Bahar Jalali témoigne : "La prise de pouvoir par les talibans est une attaque contre notre identité nationale. Lorsque j'ai vu ces femmes porter des vêtements que je n'avais jamais vus auparavant en Afghanistan, je ne voulais pas que le monde pense que c'est ce que nous sommes, que c'est notre culture, que cela représente l'Afghanistan de quelque manière que ce soit".

Cette courageuse mobilisation digitale est donc une manière de brandir comme un étendard une certaine fierté culturelle, face à ceux qui souhaitent la bafouer ou l'interdire. Sur Twitter, les messages emplis de fierté se suivent et sont abondamment relayés et likés : "Burqa & Niqab ne sont pas notre tradition", "Voici nos costumes traditionnels et notre vraie culture afghane", peut-on lire... "Ma culture afghane, riche et ancienne, est celle de la couleur et de la beauté", affirme encore à l'unisson le compte fashion Best Dressed Afghan.

"Nous soutenons toutes les femmes afghanes qui résistent courageusement et défendent leurs droits humains à travers la manifestation créative #DoNotTouchMyClothes", a achevé Amnesty International, emoji poing levé bien en évidence.