"Tomber enceinte après un viol est une chance" : cette élue républicaine crée un tollé

4 photos
Lancer le diaporama
"Tomber enceinte après un viol est une chance". C'est ce propos scandaleux qu'a appuyé une députée républicaine outre-Atlantique, persuadée qu'un tel drame pourrait "guérir le cancer". Une déclaration qui a déclenché un tollé.
À lire aussi

Selon Jean Schmidt, législatrice républicaine de l'État de l'Ohio, tomber enceinte après un viol pourrait être "une chance". Lors d'une réunion du comité de surveillance du gouvernement de l'Ohio, la membre de la Chambre des représentants a expliqué le 27 avril dernier que "le viol [était] un problème difficile"... avant de développer un discours anti-avortement lunaire.

"Mais si un bébé naît, c'est une vie humaine. Que cette mère mette fin à cette grossesse ou non, les cicatrices ne disparaîtront pas. Il y a une opportunité pour cette femme - peu importe qu'elle soit jeune ou âgée - de décider de ce qu'elle va faire pour aider son enfant à devenir un être humain créatif : cet enfant peut grandir et devenir quelque chose de magnifique, guérir le cancer, etc", a déclaré Jean Schmidt avec assurance, face à un élu démocrate qui l'interrogeait sur la conduite à mener si une jeune victime de viol de 13 ans tombait enceinte.

Jean Schmidt a déposé un projet de loi qui ferait de l'avortement dans l'Ohio un crime au quatrième degré, passible d'une peine pouvant aller jusqu'à 1 an et demi de prison d'État, comme le souligne le Washington Post. Le projet de loi criminaliserait également l'utilisation de médicaments abortifs. Pour avorter légalement, deux médecins qui ne travaillent pas ensemble devraient convenir que la procédure est "nécessaire" pour prévenir la mort ou "un risque sérieux d'altération substantielle et irréversible d'une fonction corporelle majeure de la personne enceinte".

Une charge anti-avortement virulente

"Comme vous l'aurez deviné, les remarques de Schmidt sur le viol ont été prononcées lors d'un débat sur l'avortement. Parce que les Républicains sont extrêmement pro-vie, comme ils adorent nous le rappeler", fustige The Guardian.

L'élue républicaine avait déjà organisé une conférence auprès d'un groupe de jeunes élèves sur la façon dont l'avortement impliquait "de tuer un enfant avant sa naissance" il y a dix ans de cela, souligne le journal britannique. Jean Schmidt était alors membre du Congrès. Rappelons que dans l'Etat de l'Ohio, l'avortement est interdit après un mois et demi de grossesse.

Les propos glaçants de Jean Schmidt résonnent d'autant plus fort cette semaine que le site d'investigation Politico a révélé un avant-projet explosif de la Cour suprême, majoritairement républicaine : annuler l'arrêt Roe v. Wade, loi historique qui garantit jusqu'à aujourd'hui le droit à l'avortement aux Etats-Unis. "La décision de la Cour suprême fragilisera le droit à l'avortement dans le monde entier", a alerté Amnesty International.