7 choses que nous apprend la toute première biographie de Billie Eilish

Billie Eilish : 18 ans, déjà icône.
Billie Eilish : 18 ans, déjà icône.
Dans cette photo : Billie Eilish
Influences musicales, déboires persos, garde-robe éclatante, coups de pouce de son frère... "Billie Eilish : la biographie non-officielle" taille un portrait plutôt complet d'une artiste aussi sensible qu'hétéroclite. Un livre indispensable pour tout "avocado" qui se respecte.
A lire aussi

"L'honnêteté dont ont fait preuve Billie Eilish et Finneas O'Connell tout au long de leurs carrières fait d'eux des artistes parmi les plus intéressants et rafraîchissants qui soient. Leur capacité à parler ouvertement a grandement facilité mes recherches pour l'écriture de ce livre". Les remerciements concluant la première biographie (non-officielle) de la teen idol Billie Eilish en disent long sur la note d'intention de l'auteur Adrian Besley : nous relater le parcours (impressionnant) de la jeune artiste en s'attardant volontiers sur ses mots, ses confessions, ses prises de parole.

En résulte un ouvrage respectueux et jamais voyeuriste, adéquat pour quiconque souhaiterait se plonger dans la vie et la carrière fulgurantes de la Reine des Grammy Awards. Suscitant l'enthousiasme des fanas de mode comme celui des critiques musicaux, fascinant aussi bien par ses clips-chocs que par ses lyrics émotionnelles, Billie Eilish demeure, malgré son impudeur toute relative, un mystère. Comme un puzzle qu'il faudrait reconstituer.

Confrontant éléments biographiques et interviews impudiques, ce sympathique ouvrage vaut surtout pour les facts (pas toujours fun) qu'il décoche d'un chapitre à l'autre. Pour vous donner envie, on vous en dévoile quelques uns. Bienvenue dans le monde de Billie.

Elle adore Shirley Temple (si si)

Avec les thématiques qu'elle aborde (chagrins amoureux, dépression, suicide, drogues) et sa manière de les mettre en images (larmes noires, ténèbres envahissants, escales nocturnes, "confinements" divers) on aurait du mal à rapprocher Billie Eilish de Shirley Temple. Pourtant, la jeune femme adule la gamine superstar des années trente, bien connue pour ses pas de danse enjoués. Dès huit ans, elle s'inscrit à des cours de danse (classique, jazzy, contemporaine) et, telle l'héroïne de Petite princesse, se met aux claquettes. Celle qui suit déjà des cours de chant à l'époque est si douée qu'elle rejoint vite une compagnie - et les compétitions qui vont avec.

Autre analogie insolite relatée par Adrian Besley : l'importance des frères Hanson. Mais si vous savez, ces trois ados phénoménaux des années 90 à qui l'on doit l'entêtant "MMMbop". Et bien, c'est en observant leur succès que les parents de Billie, Maggie et Patrick, ont décidé d'éduquer leurs enfants à domicile. Comédiens, papa et maman comprennent que l'épanouissement artistique de leur progéniture importe, et que la scolarisation chez soi pourrait faciliter cet éveil. Apparemment, cela a porté ses fruits.

Elle doit beaucoup à une certaine Samantha Burkhart

Samantha Burkhart n'est pas n'importe qui. Celle qui a pour habitude de côtoyer Christina Aguilera et Katy Perry est vite devenue la styliste officielle de Billie Eilish. Et le style, ça compte (beaucoup) dans l'univers de la chanteuse. Aux côtés de la publicitaire Alexandra Baker, la Londonienne se charge de lui dégoter des tenues qui claquent. Et ça fait mouche.

Superpositions de vêtements d'un vert bien bright, déclinaisons Gucci fashion à souhait, veste de pompier orange (portée lors de la Fashion Week 2018), pull à motif squelette (arboré dans les studios Maida Vale de Londres), vestes Prada, ensemble crème Chanel, boucles d'oreilles à tête de lion...

La garde-robe de Billie Eilish s'étend à l'infini et se déploie (quasi quotidiennement) sur son compte Instagram. Mais tout cela n'est pas juste "stylé". En privilégiant les vêtements larges, l'artiste rétorque à tous ceux (et il y en a beaucoup) qui s'obstinent à sexualiser son corps d'adolescente. Ce qui ne lui permet pas toujours d'éviter les remarques les plus body shaming. Hélas, le tissu n'étouffe pas le sexisme.

Elle a quelques conseils vegans pour nous (et pour vous)

Billie Eilish, vegan ? Oui, tout comme l'iconique Lizzo. Ce n'est pas pour rien si sa communauté de fans a adopté un surnom gourmand : les "avocados" - les avocats. Un sobriquet qui lui est venu à l'esprit le jour où, en pleine confection d'un sandwich, elle se serait exclamée "Où sont les avocats ?!".

Résultat, "avocado" a fini par figurer sur l'intitulé de ses réseaux sociaux persos. Derrière la dérision s'immisce évidemment un discours plus riche, qu'elle délivre volontiers sur sa page Instagram : "Je suis végétarienne depuis toujours, et vegan depuis cinq ans. Aidez le monde - moi, j'essaie".

Burritos aux haricots, avocats à gogo, Frappucinos au lait de soja, Burgers agrémentés d'une sauce aux noix de cajou... L'adepte des restaurants Love Life Salad ne manque pas de recos gastronomiques. Et sur Tumblr, elle tacle volontiers les esprits malveillants : "Je pense qu'il n'y aucun intérêt à créer quelque chose à partir d'un animal. Laissez les animaux tranquilles !".

D'Aurora à Lana, ses influences sont multiples

Quiconque souhaiterait décrire le mood Billie Eilish en s'attardant sur ses goûts musicaux ne ferait que s'égarer davantage. Car comme le synthétise Adrian Besley, le champ d'horizon est large. Sont citées à tour de rôle la mélancolie évanescente de Lana Del Rey et la voix cristalline de la chanteuse norvégienne Aurora (dont le "Runaway" aurait été "une illumination" pour elle), le talent tout aussi précoce de la Néo-Zélandaise Lorde et les tubes générationnels ("et formateurs", dit-elle) du groupe de punk-rock Green Day - dont elle finira par rencontrer le leader, Billie Joe Armstrong, le temps d'une géniale interview-croisée accordée à Rolling Stone.

 

Sans oublier, bien sûr, sa passion maintes fois avouée pour le rappeur Tyler, The Creator. Mais attention à l'overdose de name-drop : comme le suggèrent ses mélodies introspectives, Billie Eilish ne ressemble qu'à elle-même.

Elle souffre de synesthésie

La synesthésie, ce n'est pas seulement ce qu'aiment à évoquer les admirateurs d'Arthur Rimbaud. Non, c'est avant tout un véritable trouble de la perception. Celles et ceux qui en font état ont les sens bouleversés, associant en permanence des couleurs à des odeurs, des textures à des images.

Or, Billie Eilish et son frère Finneas seraient tous deux sujets à la synesthésie. La star émettrait spontanément des liens entre couleurs, formes géométriques... et individus. "Ce qui explique en partie son approche très visuelle de l'écriture", décrypte Adrian Besley.

 

"Pour tout ce que j'imagine, explique Billie Eilish, je sais déjà quelle couleur, quelle texture, quel jour de la semaine, quel nombre ou quelle forme y seront associés". L'artiste a même organisé une exposition temporaire à Los Angeles (la Billie Eilish Experience) afin de faire comprendre à son audience ce qu'elle perçoit précisément. Une énième voie inexplorée de son univers...

C'est une teen idol d'exception

Billie Eilish est une interprète d'exception. Bon, ça, on le savait déjà un peu, mais la rétrospective déployée par cette bio met les points sur les i. Première artiste féminine à remporter les Grammy Awards des catégories majeures, unique femme à avoir inscrit quatorze chansons (!) au sein du Top 100 du magazine Billboard (qui la sacrera "Femme de l'année"), plus jeune chanteuse à y figurer d'ailleurs, acclamée sur SoundCloud dès ses quinze ans pour ses talents d'autrice-compositrice...

 

Un Palmarès qui laisse rêveur. Rappelons que si la superstar n'a que dix huit ans, c'est à quatre qu'elle a écrit sa toute première chanson - une histoire de chute dans un trou noir, apparemment. On se demande quels records elle pourrait encore battre ?

Son frère (aussi) est un grand nom

Vous connaissez Billie Eilish (et même un petit plus qu'avant, on l'espère) mais connaissez-vous Finneas O'Connell ? Loin d'être un figurant, le grand frère occupe une place déterminante dans la carrière de Billie Eilish.

Auteur et compositeur, il écrit pour sa soeur, et produit également. Si bien d'ailleurs que les Grammy Awards lui décerneront six statuettes pour son travail sur l'album When we fall asleep, where do we go?. Depuis des années, il apporte à l'interprète de "Bad Guy" son soutien et son affection bien sûr, mais aussi sa sensibilité, sa plume, son romantisme, et bien sûr sa créativité.

Une collab' qui marche, et c'est normal : le frérot créait déjà avant que Billie ne soit encensée. Ado, il forme son premier groupe, fort de son talent de guitariste et de pianiste. Avant le succès du hit "Ocean Eyes" (en 2015), ce fan de Green Day et des Strokes aurait déjà écrit pas moins de deux-cent chansons. Si ses créations personnelles semblent moins audacieuses qu'un tube de Billie Eilish, on aime à écouter Finneas, sa voix harmonieuse, son énergie. Pour l'auteur Adrian Besley, c'est un artiste "qui chante avec le coeur", irrésistible par "son timbre de voix velouté" et "son approche directe de l'amour et de la douleur". A vous de vous faire une petite idée...

Billie Eilish : la biographie non-officielle, par Adrian Besley.
Editions Albin Michel, 250 p.

Plus d'actu sur : Meilleurs livres : sélection de livres coups de coeur

Lauren Bastide : 7 mantras pour la lutte féministe issus de son livre "Présentes"
"Rage against the machisme" : 7 femmes révolutionnaires qui ont marqué l'Histoire
"Moi les hommes, je les déteste" : le livre féministe menacé de censure