Des femmes du monde entier dévoilent le contenu de leur valise de maternité

L'organisation caritative WaterAid a demandé à des femmes enceintes de divers pays de dévoiler le contenu de la valise qu'elles comptent emporter à la maternité le jour J. Une manière originale de montrer à quel point les futures mamans appréhendent différemment leur accouchement selon les conditions d'hygiène dans lesquelles elles vivent.
A lire aussi

Un body, une gigoteuse, un bonnet... En France, les femmes enceintes reçoivent généralement une liste d'affaires à prévoir pour leur séjour à la maternité, qui comprend aussi bien des vêtements pour le bébé à naître que des tenues confortables pour elles.

Pour certaines femmes, la composition de cette valise, parce qu'elle cristallise leurs attentes, prend une importance toute particulière, au point qu'elles y consacrent beaucoup de temps. D'autres parent au plus pressé et la préparent des semaines avant, dans le but de pouvoir partir le plus vite possible à la maternité au moment des contractions qui signaleront l'arrivée imminente du bébé.

Consciente de la charge symbolique que revêt cette valise, l'ONG WaterAid, qui lutte pour améliorer l'accès à l'eau potable à travers le monde, a demandé à des femmes de tous les pays de dévoiler le contenu de ce bagage pour un projet photo. Le but de cette opération : montrer que la composition de la valise de maternité dépend largement des conditions d'hygiène du pays dans lequel on accouche. Ou, pour le dire plus prosaïquement ; que tandis que les Occidentales se préoccupent du nombre de bodys qu'elles doivent emporter, les Africaines sont contraintes de prendre en compte le manque d'hygiène de l'établissement où elles vont donner la vie.

Ainsi la valise de Kemisa, une Ougandaise, contient, en plus de vêtements pour son bébé, des lames de rasoir propres pour l'accouchement, des gants de chirurgie, mais aussi du désinfectant et même une bassine pour faire ses besoins au cas où elle n'aurait pas accès à de vraies toilettes. Hazel, une Zambienne, a pensé à prendre en plus d'une bassine des sacs poubelle pour s'allonger dessus pendant son accouchement, au cas où son lit n'aurait pas de draps propres.

De son côté, la valise de Katy, une Australienne qui a suivi à la lettre les recommandations de l'hôpital où elle doit accoucher, est pleine à ras-bord de bodys, chaussettes et couvertures pour le bébé à naître. Et celle de Deanna, une Américaine, montre un souci particulier d'emmener des objets qui l'aideront à supporter la douleur pendant son accouchement, qu'elle souhaite le plus naturel possible.