Je teste un mois végan : voici ma deuxième semaine

Je teste un mois végan : voici ma deuxième semaine
Je teste un mois végan : voici ma deuxième semaine
Dans le cadre d'un challenge lancé par la PETA, je me suis lancée dans le véganisme tout le long du mois de novembre. Voici mes impressions après deux semaines de test.
A lire aussi

S'essayer au véganisme tout au long du mois de novembre. C'est le petit défi que l'association dédiée à la protection des droits des animaux PETA nous a lancé fin octobre dernier. Pour celles et ceux qui l'ignorent, le véganisme, c'est supprimer de son alimentation la viande et le poisson (comme les végétariens) mais aussi tous les produits alimentaires d'origine animale. Adieu donc lait, oeufs, crème fraîche, fromage ou encore miel.

Après deux semaines de test, je peux vous le dire : la viande et le poisson ne me manquent pas. Rien de très étonnant à cela, je n'ai jamais été une grande consommatrice de ces produits, j'ai d'ailleurs été végétarienne plusieurs années et me considère davantage comme flexitarienne qu'autre chose.

Véganisme, fromage et produits laitiers

En revanche, en commençant le test, j'étais moins sereine à l'idée de supprimer le lait et les oeufs de mon alimentation. Comme je vous l'expliquais la semaine dernière, ces deux produits composaient jusque-là la majeure partie de mon alimentation - pas spécialement équilibrée, je vous l'accorde ! - et je manquais d'imagination pour les remplacer dans mon quotidien. Après deux semaines de test, je suis ravie de constater que - comme la viande et le poisson - le lait de vache ne me manque pas. Je l'ai remplacé par du lait de riz dans mon café latte du matin ou par du lait de noisette dans mon expresso de l'après-midi. Je me suis très bien fait au goût de ces deux laits végétaux et j'aimerais conserver cette habitude à l'issue du test.

Là où ça se complique, ce sont pour les produits composés de lait de vache. Les yaourts, la crème fraîche et le fromage sont bien évidemment bannis de mon régime du mois de novembre. Et après deux semaines de test, ils commencent quelque peu à me manquer. Pas spécialement les yaourts et la crème fraîche, je me rends compte que je peux finalement m'en passer assez facilement. En revanche, ça se gâte un peu pour le fromage. Qu'à cela ne tienne, je découvre dans les rayons de mon supermarché qu'il existe du fromage végétal - ou faux-mage pour les intimes - qui pourrait bien faire la parade. Ravie, j'en achète une barquette et m'empresse de le tester le soir-même. Sur l'emballage, il est écrit que le faux-mage est encore meilleur chaud, mais je décide de le consommer froid sur une tranche de pain avec un peu de roquette et de l'huile d'olive.

La texture s'approche bel et bien de celle du fromage mais le goût n'est en revanche malheureusement pas au rendez-vous. Je pense que j'ai jeté mon dévolu sur le mauvais produit - après tout, pour les fromages également il y en a que j'apprécie plus que d'autres - mais je compte bien en tester d'autres. J'apprends d'ailleurs qu'il existe un " fauxmager " dans le nord de Paris et vous prépare pour la semaine prochaine un petit banc d'essai des fromages végétaux. Car, comme pour le fromage "classique", le faux-mage se décline sous de très nombreuses formes, textures et saveurs. Pas question donc de m'arrêter à un unique produit avant de me faire mon avis sur la question.


Manger végan quand on n'aime pas vraiment cuisiner


Durant cette seconde semaine, j'ai également eu l'occasion de tester de nouvelles "recettes". Le mot est fort car, il y a une chose à savoir sur moi, c'est que je n'ai jamais aimé cuisiner et n'ai aucune patience derrière les fourneaux. Pour vous dire, ma recette la plus "travaillée" est celle des oeufs brouillés au comté, sur laquelle j'ai bien sûr fait une croix depuis le début du mois de novembre. Le défi pour moi était donc de réussir à respecter le régime végan sans devoir pour autant passer des heures en cuisine, ce que je n'ai jamais eu la patience de faire. Là encore, les choses se sont avérées plus simples que je ne le pensais et j'arrive sans trop de difficultés à me nourrir à la sauce végan, malgré mes faibles capacités en cuisine.

Au petit-déjeuner, je commence souvent ma journée par deux tartines de pain avec un peu de beurre de cacahuètes et de la confiture. Quand j'ai un peu plus de temps, je me laisse tenter par un bol de graines de chia au lait de noisette et aux fruits frais, une recette ultra facile à préparer qui ne demande aucune cuisson. Le weekend, quand le temps ne presse pas, je prépare des crêpes végan - c'est possible oui, mais c'est surtout très bon ! Vous trouverez la recette juste ici ! - et/ou, petite nouveauté testée le weekend dernier, des pancakes végan à la banane, dont voici la recette et le rendu en photo.

Pancakes à la banane végan
Pancakes à la banane végan

Le midi, je ne prend généralement que très peu de temps pour manger. Je suis donc restée sur des plats ultra simples comme des pâtes végan - ça existe, oui, et je n'ai pas senti la différence avec les pâtes "classiques" - au pesto ou à la sauce tomate, sans viande ni produit laitier bien évidemment. Le soir, j'essaye de préparer des plats un peu plus "élaborés". J'ai ainsi eu l'occasion de tester une sorte de "couscous" revisité, à base de merguez vegan - que vous pouvez trouver dans le commerce - de semoule et ratatouille. Ou bien un quinoa bowl, composé de houmous, carottes et courgette. Un plat facilement déclinable en fonction de ses envies, que j'avais déjà l'habitude de faire avec du saumon frais mais qui est également très bon à la sauce végan.


S'entourer de personnes qui suivent le même régime


Comme durant la première semaine de mon test, j'ai malheureusement commis quelques petits faux pas. Ne me jetez pas la pierre tout de suite, ce n'est pas à la maison que cela est arrivé mais en extérieur, lorsque je suis invitée à dîner chez des amis ou au restaurant. Difficile en effet d'imposer mon régime à l'ensemble d'une tablée, à laquelle je suis invitée. En revanche à la maison, plus les jours passent et plus respecter le régime végan me semble facile, normal et ancré dans mes habitudes. Moi qui craignais que les oeufs me manquent terriblement, je m'en passe finalement très bien. Je suis parvenue à varier davantage mon alimentation depuis le début du test, ce qui était aussi l'un de mes objectifs en me lançant dans ce challenge.


J'ai par ailleurs la chance de vivre avec quelqu'un qui se prête au jeu lui aussi - de façon légèrement moins assidue mais l'idée est là -, ce qui m'aide considérablement. Un conseil donc si vous souhaitez vous aussi vous essayer au véganisme, essayez de convaincre votre moitié/coloc/voisin qui squatte tous les soirs chez vous de vous suivre dans votre démarche, du moins pour certains repas. Une façon plutôt efficace de vous aider à rester motivé·e. Si cela n'est pas possible, vous pouvez également intégrer des groupes Facebook, par exemple, consacrés au véganisme, qui regorgent de bonnes idées et bons plans pour varier ses repas.

J'entame aujourd'hui ma troisième semaine de test et vous raconterai la suite des choses dès vendredi prochain. En attendant, vous pouvez suivre notre expérience et profiter de nos petites astuces sur le compte Instagram de Terrafemina , sur notre story.