Cette photo d'Harvey Weinstein menotté fait le buzz pour une excellente raison

Harvey Weinstein sort du commissariat le 25 mai
Harvey Weinstein sort du commissariat le 25 mai
Dans cette photo : Harvey Weinstein
De nombreuses victimes du producteur Harvey Weinstein se sont satisfaites de son arrestation vendredi 25 mai, mais une photo a particulièrement retenu leur attention. Ce cliché est même devenu un symbole.
A lire aussi
Cette photo d'une footballeuse australienne déclenche une avalanche de sexisme
News essentielles
Cette photo d'une footballeuse australienne déclenche une...

Le producteur Harvey Weinstein s'est lui-même rendu à la police vendredi 25 mai pour deux affaires. Celle d'un viol dont la victime n'est pas connue et pour avoir forcé une actrice à lui faire une fellation. Après une première audience devant un tribunal à New York, il a été remis en liberté contre une caution d'un million de dollars et le port d'un bracelet électronique.

Lors de cette journée déterminante, une image a particulièrement marqué les internautes, jusqu'à devenir un symbole pour les victimes du producteur et le mouvement #MeToo. Celle d'Harvey Weinstein menotté et escorté jusqu'à la voiture qui allait le mener jusqu'au tribunal par une femme, la sergente Keri Thompson.

L'image a pris une saveur toute particulière lorsque Jodi Kantor, une des journalistes du New York Times ayant enquêté sur l'affaire Weinstein, a tweeté : "Un des symboles de la journée : cette détective femme escortant Harvey Weinstein menotté". Son tweet a été repartagé plus de 5000 fois et aimé plus de 23 000 fois.

Les internautes lui ont répondu en y allant de leur commentaire : "On dirait qu'elle se retient de rire".

Ou en faisant référence à la série policière New York unité spéciale qui raconte le travail d'enquêteur spécialisés dans les crimes sexuels.

Une autre s'interroge : "Je me demande à quel point elle s'est sentie badass"

La commentatrice de CNN Mel Robbins a elle répondu : "Le Karma est une femme. J'adore la justice poétique d'une femme détective menant Harvey Weinstein menotté devant la justice pour être assigné à comparaître".

Le New York Times ne s'est pas privé de troller de belle manière Harvey Weinstein via son compte Instagram. Le producteur était en effet rentré dans le commissariat muni de deux livres. Le premier est une biographie d'Elia Kazan, un metteur en scène des années 1950 qui avait dénoncé des personnalités hollywoodiennes Hollywood lors de la chasse aux communistes du maccarthysme. Il était devenu persona non grata dans le milieu du cinéma après sa trahison.

L'autre livre tenu à bout de bras par Weinstein, Something Wonderful du journaliste Todd Purdum, revient sur la collaboration des créateurs de comédies musicales, Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II.

Suite à cette mise en scène de son propre tribunal médiatique, le New York Times a donc conseillé à Harvey Weinstein quelques lectures instructives sur les violences faites aux femmes dont le Le harcèlement sexuel des femmes qui travaillent de Catharine A MacKinnon ; Dire la vérité au pouvoir de Anita Hill, Contre notre volonté de Susan Brownmiller, Hommes blancs en colère de Michael Kimmel, Nous devrions tous être féministe de Chiamamanda Ngozi Adichier et Brave, l'ouvrage de l'une de ses victimes présumées, Rose McGowan.