Le sexe anal : ce qu'il faut savoir avant de s'y mettre

Le sexe anal : ce qu'il faut savoir avant de s'y mettre
Le sexe anal : ce qu'il faut savoir avant de s'y mettre
Certains couples choisissent de tenter le sexe anal pour pimenter leur vie sexuelle. Mais quelques règles de base s'imposent avant de s'aventurer dans cette pratique encore particulièrement taboue.
A lire aussi
Abandon de poste en CDI ou CDD : tout ce qu'il faut savoir sur ce licenciement
Mag
Abandon de poste en CDI ou CDD : tout ce qu'il faut...

En 2014, 46% des femmes déclarent avoir déjà pratiqué la sodomie dans leur vie sexuelle selon une étude américaine. Et ce pour le plus grand bonheur de leur partenaire masculin pour qui cette pratique est bien souvent un gros fantasme. Mais au-delà des préjugés et des tabous, le sexe anal est avant tout une question d'envie et de désir.

On s'y prépare comment ?

L'opération ne se prépare pas à la légère. Première démarche essentielle : en parler ! Il ne s'agit pas que monsieur fasse la surprise à madame en plein acte sexuel... Car le sexe anal est avant tout une question d'envie. Echangez donc sur vos désirs mutuels et n'hésitez pas à dire comment vous voyez les choses.

Deuxième élément indispensable : le lubrifiant. Privilégiez un gel à base de silicone sans ajout de stimulant du style chauffant ou avec goûts particuliers pour éviter toute risque d'irritation. Enfin, si vous êtes soucieux des questions de propreté, optez pour un lavement juste avant l'acte à l'aide d'une poire spécifique à l'anus.

L'importance des préliminaires

Plus que nécessaires, les préliminaires sont indispensables pour la pénétration anale. Pour une première sodomie, la zone doit être tout particulièrement stimulée au préalable avec les doigts. Un bain bien chaud sera idéal pour se détendre et pratiquer quelques massages de l'anus avec les doigts. Les caresses et les gestes tendres doivent être plus poussés que pour la stimulation vaginale.

L'anulingus

Autre possibilité pour une meilleure excitation, l'anulingus, parfait pour lever le tabou avant la sodomie. Accompagné de caresses douces avec les doigts, il se pratique à la manière d'un cunnilingus et peut évoluer vers une pénétration de l'anus avec la langue si les deux partenaires sont d'accord. Il facilite par ailleurs la lubrification.

Comment éviter la douleur ?

Au-delà du tabou de la propreté lié à cette zone bien particulière du corps, la peur de la douleur est un frein fréquent à la pratique de la sodomie. Pourtant, il s'agit bien souvent d'une question d'appréhension. Encore une fois, tout est une question d'envie et de préparation. La sensation peut paraître étrange la première fois, mais si vous êtes parfaitement détendus, aucune douleur ne devrait survenir. Si c'est le cas, réduisez la cadence des va-et-vient tranquillement, et surtout ne demandez pas à votre partenaire de se retirer d'un coup, la zone est particulièrement sensible.

Quelles sont les positions possibles ?

Outre la traditionnelle position en levrette, la sodomie se pratique dans bien d'autres positions sexuelles. La cuillère par exemple, c'est-à-dire les partenaires allongés côte à côte, est tout à fait indiquée pour une première fois.

Autre possibilité, la position de la bougie : madame est allongée sur le dos les jambes levées pour que monsieur la pénètre assis sur les genoux.

La déesse permet à madame de prendre le contrôle de la situation en s'asseyant sur monsieur, tout comme la position de l'amazone. On encore le lotus, le missionnaire de la sodomie.