L'activiste transgenre Jazz Jennings devient ambassadrice Gillette

Jazz Jennings, ambassadrice Gillette Venus
Jazz Jennings, ambassadrice Gillette Venus
Jazz Jennings, 18 ans, se rappelle de la première fois où elle s'est rasée les jambes comme d'un moment-clé dans sa transition. Aujourd'hui, Gillette Venus l'a choisie comme ambassadrice de sa marque.
A lire aussi
Un petit garçon transgenre de 9 ans évincé de son club de foot
News essentielles
Un petit garçon transgenre de 9 ans évincé de son club de...

Jazz Jennings, originaire de Floride, est l'une des personnalités transgenres les plus connues aux Etats-Unis. Vivant sous une identité féminine depuis ses 4 ans, la youtubeuse et militante des droits LGBT témoigne de son quotidien, de sa transition, et plus récemment de son opération de changement de sexe, dans son émission de télé-réalité I Am Jazz.

Aujourd'hui, Jazz Jennings est devenue ambassadrice Gillette Venus, à l'occasion de leur campagne inclusive #MySkinMyWay, qui veut mettre en avant tous les corps et surtout, raser des jambes qui ont vraiment des poils.

Une collaboration qui a du sens, surtout quand on apprend l'importance que le rasage de ses jambes a eu dans la transition de Jazz : "Je pense que lorsqu'on s'épanouit avec son identité, le rasage est une forme d'expression ", confie-t-elle à Refinery29. "Quand j'étais en transition, me raser les jambes était la première étape. C'était ce sentiment d'entrer dans le genre [féminin] et de se sentir vraiment comme une femme pour la première fois."

Son discours autour de la féminité a cependant évolué avec l'âge : "Quand j'étais plus jeune, on s'attendait à ce que les femmes se rasent. Et c'est pourquoi j'ai voulu me raser les jambes pour m'investir dans l'identité que je me suis choisie. Mais en vieillissant, je me suis sentie plus forte quand je ne me rasais pas les jambes parce que cela signifiait que je me sentais si confiante en tant que femme que je n'avais pas à me conformer à ce qu'elles devaient faire."

Car, a-t-on vraiment besoin de le rappeler, personne n'a besoin de se raser les jambes pour se sentir femme. C'est à chacune de faire ce choix, selon ses envies et la relation avec son corps, et la féminité ne vient certainement pas avec un mode d'emploi. On est femme quand on se sent femme, quelle qu'en soit notre définition.

Gillette aussi a évolué sur la question de ce que la société attend d'une femme et d'un homme. Il y a quelques mois, la marque de rasoir allemande a sorti un spot publicitaire qui incitait les hommes à ne plus tomber dans les clichés de genre, et de donner l'exemple. Le slogan "Le meilleur qu'un homme puisse avoir" s'est ainsi transformé en "Le meilleur qu'un homme puisse être". Et si la vidéo a eu bon nombre de critiques, c'est un pas important vers la déconstruction de la masculinité toxique qu'il faut saluer.

Jazz Jennings salue ainsi la prise de position de l'enseigne et l'importance de la représentation que #MySkinMyWay développe :"Je pense que la visibilité des trans est extrêmement importante car ils et elles font face à tant de discrimination, et cela vient d'un manque de compréhension de qui ils et elles sont", ajoute-t-elle. "Cela permet de réaliser que nous sommes aussi des êtres humains et que nous ne faisons que vivre notre vie."