Virée après sa position antiraciste, la mannequin Munroe Bergdorf réembauchée par L'Oréal

Virée après sa position antiraciste, la mannequin Munroe Bergdorf réembauchée par L'Oréal
Virée après sa position antiraciste, la mannequin Munroe Bergdorf réembauchée par L'Oréal
En 2017, la mannequin noire et transgenre Munroe Bergdorf publiait un long post Facebook qui condamnait le racisme et les violences des suprémacistes blancs à Charlottesville. Une prise de parole qui lui avait coûté son poste. Aujourd'hui L'Oréal fait marche arrière.
A lire aussi

Il y a trois ans, Munroe Bergdorf, mannequin noire et transgenre, se révoltait face aux événements de Charlottesville, située dans l'Etat américain de Virginie. Pour rappel, le 12 août 2017, avait lieu une importante manifestation rassemblant des partisans de l'extrême-droite américaine, des membres du Ku Klux Klan et des néo-nazis.

"Cette ville, enclave progressiste dans le Sud conservateur des Etats-Unis, est devenue l'épicentre du visage le plus sombre de l'Amérique", contextualisait alors Les Inrocks. En réponse, de nombreux·se·s militant·e·s antiracistes ont pris les rues. Jusqu'à ce que les heurts virent au drame : dans l'après-midi, un suprémaciste blanc a foncé dans la foule venue contester leur présence, à lui et ses semblables. Il a fauché et tué une jeune femme de 32 ans, Heather Heyer, et a fait dix-neuf blessé·e·s.

Ce jour-là, la jeune femme a décidé de ne pas se taire. Elle publie alors un long texte sur Facebook, dans lequel elle s'indigne contre le racisme crasse de la mobilisation extrémiste, et dénonce les violences qui en ont suivi. Ses mots, pourtant légitimes, lui ont coûté sa place dans une campagne L'Oréal. A l'époque, ils sont jugés contraires aux valeurs de la marque, qui prône la diversité et la tolérance envers tous sans distinction de race, d'origine, de sexe et de religion, relate BFM.

"Où était votre soutien lorsque que j'ai pris la parole ?"

Sauf qu'aujourd'hui, alors que la mobilisation antiraciste prend une ampleur qu'elle ne peut plus ignorer (ni tenter d'étouffer), L'Oréal a affiché un soutien clair au mouvement Black Lives Matter. Et cette prise de position soudaine n'a pas manqué de susciter la colère de Munroe Bergdorf.

"Excusez mon langage mais je suis tellement en colère", lâche-t-elle. "Allez vous faire foutre L'Oréal Paris. Vous m'avez laissée tomber lors d'une campagne en 2017 et m'avez jetée aux loups pour avoir parlé du racisme et de la suprématie blanche. Sans aucune précaution, sans hésitation". Elle poursuit dans un autre tweet : "Allez vous faire foutre avec votre 'solidarité'. Où était votre soutien lorsque j'ai pris la parole ?"


L'Oréal fait marche arrière

Devant la viralité de la réaction de la mannequin, partagée plus de 42 000 fois, l'entreprise française a décidé d'intervenir. Sa nouvelle présidente, Delphine Viguier, a ainsi pris contact avec Munroe Bergdorf afin de présenter ses excuses pour la manière dont la situation a été gérée avant son arrivée, et de lui proposer de rejoindre le groupe en tant que conseillère au sein de la nouvelle entité britannique en charge de la diversité et de l'inclusion. Un rôle qu'elle a accepté.

Dans une ultime déclaration à ce sujet, elle explique ainsi sa décision : "J'ai pensé que ce serait l'occasion idéale de mettre en pratique ce que je prêche et d'occuper ce siège pour être la représentation que nous méritons en tant que communauté".

Elle indique également que L'Oréal a accepté faire deux dons de 25 000 € auprès de deux associations qui oeuvrent auprès des personnes transgenres et de la communauté LGBTQ+ dans son ensemble.