3 raisons de s'adonner au plaisir des préliminaires ailleurs que dans la chambre

3 raisons de s'adonner au plaisir des préliminaires ailleurs que dans la chambre
3 raisons de s'adonner au plaisir des préliminaires ailleurs que dans la chambre
Le lit n'est pas le seul endroit où prendre son pied. Et on a d'ailleurs tout à gagner à démarrer caresses et autres fellations en dehors des draps. La preuve par 3.
A lire aussi

Bien plus qu'un simple avant-goût au rapport sexuel, les préliminaires méritent qu'on leur accorde du temps et une attention toute particulière. Et c'est justement en s'y adonnant en dehors de la chambre qu'on réussira à les rendre encore plus intenses, piquantes et envoûtantes. Voici trois raisons pour lesquelles sortir des sentiers battus - ou plutôt, de notre lit.

1- Pour élargir le champ des possibles

Quand on est dans une relation depuis longtemps, les gestes deviennent quasi automatiques. On sait ce qui marche, ou non, ce que l'autre préfère, et comment. On sait la façon dont une caresse la rendra folle, et comment on peut lui faire perdre ses moyens en le léchant à cet endroit précis. Et puis la plupart du temps, la chambre reste le lieu de prédilection pour se faire du bien. Sauf que c'est aussi une façon de se cantonner à une routine parfois monotone, que l'on aimerait bien dépoussiérer, faire évoluer ou juste rendre plus excitante de temps en temps.

En commençant à se toucher en dehors du lit, on découvre aussi tout un tas de jeux enivrants. On sent l'autre nous frôler le pied sous la table, effleurer le haut de notre cuisse sur le canapé, on se penche pour l'embrasser lentement dans le coup, puis plus bas, alors qu'il ou elle s'assoit sur le plan de travail. Des possibilités que l'on n'avait, jusque-là, jamais envisagées - et qui peuvent aussi venir à bout d'un potentiel blocage entre les draps, voire rebooster une libido en berne. Il suffit de laisser parler son envie, son imagination, et surtout : ne pas trop réfléchir.

2- Pour faire monter l'excitation

C'est connu, l'interdit affole. Et quand il s'agit de sexe, c'est pour le meilleur. Alors si une fellation dans la salle de bain plutôt que sous la couette ne représente pas vraiment une infraction gravissime, il s'agit tout de même d'un changement de décor qui fait son petit effet. On pense aussi aux longues minutes où l'on se cherche, se touche, s'embrasse loin du lit. Ou l'on sent que l'envie devient de plus en plus forte et l'attente insoutenable. Et qu'on sait qu'une fois passée la porte de la chambre, on pourra enfin atteindre cet orgasme qui nous démange.

"Avant de vous déshabiller, avant même de vous embrasser, vous pouvez commencer les préliminaires en construisant la passion, la connexion et la vulnérabilité", assure le site de conseils en sexualité Make Sex Easy. "Vous pouvez le faire avec vos mots et vos interactions au cours du dîner, vous pouvez flirter par message, vous pouvez laisser des notes romantiques ou sexy dans la voiture ou le portefeuille de votre partenaire. Plus vous pouvez augmenter la chaleur érotique avant même de vous réunir, mieux c'est." On prend note.

3- Pour comprendre que le sexe ne se résume pas à la pénétration

On a tendance à voir le cul comme un package : préliminaire + sexe = orgasme. Sauf que l'équation a de grosses failles. Au-delà du fait que faire l'amour ne se traduit pas toujours par la jouissance (et c'est tout à fait normal), les préliminaires ne mènent pas non plus uniquement au rapport, pour la bonne raison qu'elles en font entièrement partie.

"D'après mon expérience, ces croyances encouragent les couples homme-femme à se concentrer tellement sur le rapport sexuel comme définition du sexe réussi qu'ils perdent souvent de vue toutes les autres façons de vivre le plaisir et l'intimité", poursuit le site expert. "L'idée de préliminaires menant à des rapports sexuels contribue également à l'idée qu'il faut avoir un pénis et un vagin pour qu'il y ait du 'vrai sexe'".

En entamant ce qu'il préfère qualifier "d'échauffement" ailleurs que sous les draps, on lui donne une importance particulière. Il ne s'agit plus d'une étape vite fait avant le grand saut, mais plutôt d'un moment dont on se délecte tout autant que la pénétration, si pénétration il y a. Et on savoure d'autant plus...