Forme
Procès prothèses PIP : l'Afssaps se défend et charge les chirurgiens
Publié le 24 avril 2013 à 11:01
Par Marie-Laure Makouke
Au cinquième jour du procès des prothèses mammaires PIP, l'Afssaps, très critiquée pour sa gestion de la crise, a défendu son action, évoquant les limites et l'opacité de la réglementation sur les dispositifs médicaux. L'un des anciens responsables de l'ancienne autorité sanitaire (devenue depuis l'ANSM) a par ailleurs mis en cause le manque de réactivité des chirurgiens.
Procès prothèses PIP : l'Afssaps se défend et charge les chirurgiens Procès prothèses PIP : l'Afssaps se défend et charge les chirurgiens© Abaca
La suite après la publicité


« C’est un système très cloisonné avec beaucoup d’acteurs » dont « l’échange d’informations et la transparence doivent être améliorés ». C’est en ces termes que Jean-Claude Ghislain, directeur d’évaluation des dispositifs de l’Afssaps (devenue ANSM) jusqu’à fin 2012, a décrit, au cinquième jour du procès des prothèses mammaires PIP, le fonctionnement de l’ancienne agence de sécurité sanitaire.

«  Ce système réglementaire (en matière de dispositifs médicaux, ndlr.) a des limites. C’est un système récent, qui date des années 90 », a-t-il ajouté, précisant que des directives européennes étaient actuellement en cours de révision. « Nous verrons comment, au niveau européen, on peut renforcer cette réglementation », a-t-il indiqué à la barre, selon l’AFP. Car pour l’heure, le marquage « CE » est délivré par un organisme certificateur choisi par l’entreprise. Les autorités publiques n’interviennent donc pas dans la mise sur le marché des dispositifs médicaux. « Les rapports du certificateur restent dans les mains du fabricant. C’est un des problèmes d’opacité du système », a en effet insisté Jean-Claude Ghislain.

Prothèses PIP : les chirurgiens mis en cause

Toutefois, selon lui, ce scandale a également pâti de la passivité des chirurgiens, qui n’auraient pas suffisamment fait remonter à l’Agence les incidents constatés, tels que les taux de rupture, les explantation, et ce, en dépit de leur obligation. Ainsi, l’Afssaps, dont le rôle est de collecter les données sur des événements graves, aurait commencé à être alertée en 2008, avec 34 signalements. Mais après mars 2010 et la découverte de la supercherie, l’autorité sanitaire a dû faire face à « un afflux important de déclarations rétrospectives d'explantations de prothèses PIP. C'est dramatique pour nous de constater que si on avait eu qu’une part de ces déclarations, nos chiffres auraient été tout autres, nous aurions pu aller plus rapidement à la conclusion ».

La veille, deux inspecteurs de l’Afssaps avaient raconté à la barre la manière dont ils avaient mis à jour la fraude de la société Poly Implant Prothèse qui durait depuis plus de dix ans. Alertés par des chirurgiens sur des taux de déchirement anormalement élevés, ils avaient découvert, en mars 2010, lors d’une inspection de l’usine varoise, les fûts de gel de silicone industriel non autorisé, et pourtant utilisé pour remplir les implants. Une découverte qui avait conduit, dans la foulée, au retrait des implants PIP du marché, et à la mise en liquidation judiciaire de l’entreprise fondée par Jean-Claude Mas.

Mots clés
Forme Santé femmes justice
Sur le même thème
"Ne pas dénoncer trop vite" : Marlène Jobert défend Gérard Depardieu play_circle
Société
"Ne pas dénoncer trop vite" : Marlène Jobert défend Gérard Depardieu
4 avril 2024
Sexe : Emma Stone défend l'utilité des coordinateurs d'intimité sur "Pauvres créatures" play_circle
Culture
Sexe : Emma Stone défend l'utilité des coordinateurs d'intimité sur "Pauvres créatures"
16 janvier 2024
Les articles similaires
"Je n'ai jamais..." : Trump fait marche arrière après un tollé sur la contraception
Politique
"Je n'ai jamais..." : Trump fait marche arrière après un tollé sur la contraception
23 mai 2024
"Des femmes de tous les milieux, de tous les âges ! " : au Maroc, le trafic de pilules abortives perdure
femmes
"Des femmes de tous les milieux, de tous les âges ! " : au Maroc, le trafic de pilules abortives perdure
27 mai 2024
Dernières actualités
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
Santé
"J'ai fait une fausse couche" : Eve Angeli brise un tabou et se confie sur "le choc" de sa vie
10 juillet 2024
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ? play_circle
Société
Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?
9 juillet 2024
Dernières news