Cette gynécologue alerte contre les dangers de l'ail dans le vagin (sérieusement)

Cette gynécologue met en garde contre l'ail dans le vagin
Cette gynécologue met en garde contre l'ail dans le vagin
"Au secours", a-t-on envie de prononcer à la lecture de ces mots et pourtant, certaines femmes se mettent bel et bien de l'ail dans le vagin pour, apparemment, lutter contre les mycoses et infections intimes. Un phénomène tel que la Dre Jennifer Gunter, gynéco, s'est exprimée publiquement contre cette intervention maison.
A lire aussi
"Raw water" : cette tendance qui cartonne aux Etats-Unis serait dangereuse
News essentielles
"Raw water" : cette tendance qui cartonne aux Etats-Unis...

On va le répéter en début d'article pour que tout soit bien clair : RIEN qui ne soit pas conseillé par votre médecin ne doit être inséré dans le vagin à buts thérapeutiques. AUCUN conseil de grand-mère à base de plantes, de persil, de concombre ou de nid de guêpe ("au secours" bis) n'a sa place là où vos doigts, votre sextoy au préalable nettoyé et le pénis d'un homme ont le loisir de vous faire jouir.

Dans le cas présent, l'ail aurait des vertus apaisantes face aux mycoses. D'après qui ? Mystère. Ce qui est sûr cependant, c'est que les gynécologues ne sont pas à l'origine de cette rumeur à dormir debout. La preuve avec la déclaration de la Dre Jennifer Gunter, obstétricienne-gynécologue new-yorkaise, contributrice au New York Times Style et autrice du blog homonyme.

Elle avait notamment pris la parole contre les pratiques douteuses que conseillait, sans aucune formation ni connaissance médicale, la star du grand n'importe quoi : j'ai nommé Gwyneth Paltrow, mais aussi répondu au champion du mansplaining qui avait jugé bon de lui expliquer la différence entre un vagin et une vulve.

Aujourd'hui, sur Twitter, elle aborde donc le sujet de l'ail dans le sexe féminin.

"L'ail contient de l'allicine, en labo elle POURRAIT avoir des propriétés antifongiques (par ex : antimycosiques)", commence-t-elle. "On parle d'une situation en labo, même pas sur des souris. Rien qu'une boîte de pétri remplie de cellules. Votre vagin n'est pas une boîte de pétri." On flaire donc qu'il y a danger au niveau du procédé.

Elle renchérit ensuite :"De nombreuses fans de l'ail dans le vagin (JE NE DEVRAIS PAS AVOIR À TWEETER ÇA EN 2019, MAIS C'EST COMME ÇA) recommandent d'insérer une gousse d'ail dans le corps. Elles ne comprennent pas que l'ail doit être découpé ou écrasé pour libérer l'allicine."

"Enfin... L'ail peut contenir des bactéries issues de la terre. Celles-ci peuvent être pathogènes, mauvaises pour le corps. C'est pour cette raison que nous désinfectons les blessures. Si vous souffrez vraiment d'une mycose enflammée, les bactéries de la terre pourraient entraîner une infection".

Honnêtement, nous non plus on n'arrive pas vraiment à croire qu'on doive écrire ça en 2019. Mais apparemment, certaines ont besoin d'un rappel, aussi incongru soit-il. Heureusement qu'il y a la Dre Jen Gunter pour leur mettre du plomb dans la tête (et pas ailleurs).