Vivre avec un malade atteint d'Alzheimer : les leçons de "Still Alice"

Julianne Moore et Alec Baldwin dans "Still Alice".
Julianne Moore et Alec Baldwin dans "Still Alice".
Dans cette photo : Julianne Moore
"Still Alice", qui sort sur les écrans ce 18 mars, raconte de manière poignante la déchéance d'une brillante universitaire, jouée par Julianne Moore atteinte d'une forme précoce de la maladie d'Alzheimer. A travers le point de vue d'Alice, qui lutte pour ne pas perdre pied alors que sa mémoire s'efface peu à peu, le film montre avec finesse la solitude des personnes atteintes de cette maladie qui fait de plus en plus de victimes à travers le monde.
A lire aussi
Justin Trudeau : sa touchante leçon pour élever des enfants féministes
News essentielles
Justin Trudeau : sa touchante leçon pour élever des...

Lors d'une scène poignante située vers la fin de Still Alice, Lydia, incarnée par Kristen Stewart, demande à sa mère, Alice, ce que ça fait d'avoir la maladie d'Alzheimer. Celle-ci lui explique alors simplement la lente descente aux enfers que représente cette maladie qui se caractérise en premier lieu par des troubles de la mémoire.


"Je ne sais plus qui je suis"

"J'ai des jours avec et des jours sans. Dans mes bons jours, j'arrive presque à passer pour une personne normale, mais dans mes mauvais jours, j'ai l'impression de ne plus me retrouver", explique la brillante professeure, les yeux embués. "J'étais caractérisée depuis toujours par mon langage, mon intellect, ma facilité d'élocution et aujourd'hui, par moment, je vois les mots, suspendus devant mes yeux et je n'arrive pas à les attraper... Je ne sais plus qui je suis, ni ce que je vais perdre encore."

Cette séquence, sans doute la plus bouleversante du film, illustre à la fois la souffrance et l'isolement des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Car ce qu'on retient de ce mélodrame porté par la performance émouvante de Julianne Moore, qui vient d'obtenir l'Oscar, c'est en effet que les gens qui souffrent de cette maladie doivent en outre faire face à l'incompréhension de leur entourage. Comment comprendre, voire comment accepter qu'une mère peine à reconnaître sa fille, ou oublie que son autre fille vient d'accoucher, comme cela arrive à Alice ?

Un film qui ne sombre jamais dans le tragique

Cette solitude profonde est montrée avec précision dans le film : on comprend ainsi que la seule personne qui cherche à comprendre vraiment ce que traverse l'héroïne est sa fille cadette qui décide de s'installer avec elle. Son mari et ses deux autres enfants sont si protecteurs avec Alice qu'ils n'arrivent pas à écouter son désarroi, pensant avant tout à son bien-être, à ce qui lui rendrait la vie plus facile. En ce sens, ils contribuent malgré eux à isoler Alice.

La force de Still Alice, c'est cependant de ne sombrer à aucun moment dans le registre glauque ou tragique. S'attachant à montrer avec pudeur la déchéance d'une femme, le film dépeint aussi la force de l'amour, symbolisée par Lydia, dont l'empathie à l'égard de sa mère est infinie. L'amour, le mot sur lequel se termine ce film sur une linguiste qui a, justement, perdu ses mots.