Voici une chose importante à faire si l'une de vos amies a fait une fausse couche

Voici une chose importante à faire si l'une de vos amies a eu une fausse couche
Voici une chose importante à faire si l'une de vos amies a eu une fausse couche
Si l'une de vos proches a fait une fausse couche, voici un petit geste qui lui fera comprendre que vous pensez à elle et que vous la soutenez dans cette épreuve.
A lire aussi

La fausse couche est un événement traumatisant qui peut laisser de profondes séquelles psychologiques. Si l'une de vos proches se retrouve dans cette situation, elle aura très certainement besoin de votre soutien. Naturellement, être à l'écoute et se rendre disponible pour elle dans ce moment difficile de sa vie reste la meilleure chose que vous pouvez faire pour l'aider. Mais vous pouvez aller encore plus loin.

Même dans le cas où elle réussira à surmonter l'épreuve et aller de l'avant, votre amie y repensera probablement tous les ans, précisément à la date à laquelle son enfant aurait dû naître. Ce jour-là, un petit geste à son attention comme une visite, une lettre, un coup de fil ou même un petit SMS lui feront savoir que vous pensez à elle.

"Les petits messages de soutien me faisaient extrêmement plaisir, je ne pensais pas mais le simple fait qu'on me dise que l'on pensait à nous deux, que c'était très dur ce que nous vivions, ça me faisait du bien", témoigne une femme sur le site SOS Bébé, après avoir fait une fausse couche.

Lever le voile sur un sujet tabou

Ces dernières années, plusieurs femmes ont décidé de lever le tabou autour de la fausse couche afin d'inciter celles qui ont vécu cette expérience traumatisante à en parler. C'est notamment le cas de la photographe Susana Butterworth qui a publié "The Empty Project" sur Instagram, une série de photos bouleversantes pour exprimer et raconter l'expérience douloureuse et traumatisante de la perte d'un enfant. Susana Butterworth a elle-même perdu son bébé alors qu'elle entamait sa 35e semaine de grossesse. Son enfant était atteint d'une maladie génétique rare.

Durant sa longue et douloureuse période de deuil, Susana Butterworth n'est pas parvenue à trouver du réconfort parmi ses proches. "Ils évitaient tous le sujet des enfants, de la famille ou de la perte en général. Mais ceux qui ont perdu un enfant ne peuvent pas aller mieux s'ils se sentent seuls ou s'ils n'ont personne à qui parler", a-t-elle confié au HuffPost.

En juillet dernier, la psychologue américaine Jessica Zucker a diffusé des photos sur Instagram estampillées du hashtag #IHadMiscarriage. Dans ses posts, cette psy spécialisée en santé maternelle incite les femmes à ne pas se murer dans le silence et à raconter leur expérience.

Les dossiers