POWERtabs : un complément alimentaire dangereux retiré du marché

POWERtabs : un complément alimentaire dangereux retiré du marché
POWERtabs : un complément alimentaire dangereux retiré du marché
La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a demandé lundi le retrait du « POWERtabs ». Ce complément alimentaire pour hommes pourrait être responsable de troubles cardiovasculaires.
A lire aussi
Compléments alimentaires solaires : différentes formules pour un bronzage optimisé
Mag
Compléments alimentaires solaires : différentes formules...


Parce qu’il serait susceptible de provoquer des troubles cardiovasculaires, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a publié lundi un avis exigeant le retrait du complément alimentaire pour homme « POWERtabs ».
Selon les analyses de la DGCCRF, ces gélules, présentées comme « un mélange de plantes naturelles et un tonique sexuel destiné aux hommes » contiendraient « une substance non-autorisée car considérée comme dangereuse pour la santé ». Le dithio desmethyl carbodenafil pourrait en effet causer des troubles cardiovasculaires.
La direction de la répression des fraudes recommande ainsi aux possesseurs des ces produits, vendus en boutiques spécialisées et sur Internet, de ne pas les consommer. Elle les invite par ailleurs à consulter leur médecin « pour un examen de contrôle en cas de symptôme inhabituels ».
Enfin, notant la « recrudescence de la commercialisation de ce type de produits », la DGCCRF demande le rappel et le retrait des lots de boîtes de dix et vingt dont la date limite d’utilisation est fixée à décembre 2013, ainsi que des produits conditionnés en emballage à coques de 2 capsules (date limite d’utilisation : janvier 2015).

VOIR AUSSI

Des compléments alimentaires pour une rentrée pleine d'énergie
Médicaments : Alerte sur le complément alimentaire Burnermax 3000
Médicaments dangereux : une nouvelle liste bientôt publiée
Médicaments dangereux : des suppositoires pédiatriques interdits