Publicité sexiste avec Berlusconi : Ford Inde s'excuse

Publicité sexiste avec Berlusconi : Ford Inde s'excuse
Publicité sexiste avec Berlusconi : Ford Inde s'excuse
Dans cette photo : Silvio Berlusconi
Les publicités indiennes de la marque automobile Ford montrant Silvio Berlusconi au volant d'une voiture avec des femmes attachées dans le coffre, ont provoqué un tollé général. À tel point que le célèbre constructeur a présenté des excuses publiques, et que l'agence de pub qui avait réalisé ces affiches les a retirées de son site internet.
A lire aussi
La ville de Paris bannit les publicités sexistes et discriminatoires
News essentielles
La ville de Paris bannit les publicités sexistes et...


Voilà une campagne de pub qui tombe mal à propos dans un pays frappé par une série de viols et de violences envers les femmes. Avec une telle polémique, le constructeur Ford n'a pas eu d’autre choix que de faire marche arrière. En effet, ses publicités mettant en scène l'ancien dirigeant italien Silvio Berlusconi l'ont contraint à présenter des excuses publiques. Et pour cause, elles représentent celui que l’on surnomme Il Cavaliere au volant d'une Ford, avec des femmes attachées dans le coffre. Le tout sous un slogan de campagne franchement moyen : « Laissez vos soucis derrière vous ». WPP, l'agence de pub indienne qui avait réalisé ces affiches, a quant à elle retiré ces images de son site Internet.

Deux autres affiches de cette campagne ont également été diffusées. La première joue tout autant la carte du bon goût, la différence étant que le conducteur est Paris Hilton, qui a bâillonné les sœurs Kardashian dans son coffre. La seconde montre des coureurs de Formule 1 ligotés de la même façon, avec au volant, un homme qui pourrait être Michael Schumacher.

La pub passe mal en Inde

Ces publicités ont été très mal perçues en Inde, qui est le théâtre d'une série d'agressions sexuelles d'une violence inouïe qui a commencé le 16 décembre 2012 par le viol collectif d’une jeune étudiante à New Dehli.

Les autorités sont accusées de négliger les violences faites aux femmes. Face à l’indignation publique, le gouvernement vient de déposer un projet de loi punissant le viol de 20 ans de prison, voire de la peine de mort si la victime décède de ses blessures ou est laissée dans un état végétatif. Il planche également sur l’élaboration de montres antiviol qui permettraient d’alerter les autorités ainsi que la famille des victimes, qui seront localisées et filmées pendant une trentaine de minutes.

Elodie Cohen Solal

VOIR AUSSI

Le top 10 des publicités les plus sexistes
Sexisme : les publicités hyper masculines rendent les hommes violents
Viols en Inde : des couteaux et un tribunal pour les femmes indiennes
Inde : pour lutter contre le viol, la police de Bombay interdit aux femmes de se promener la nuit