Arnaud Montebourg : condamné pour injure, il reste ministre

Arnaud Montebourg a été condamné pour injure, après avoir qualifié des membres de la direction de SeaFrance d' « escrocs ». Il garde cependant son poste de ministre, alors que la droite demande sa démission, au regard du principe édicté par F. Hollande de ne pas avoir dans son gouvernement de personnes jugées et condamnées.
A lire aussi
"Viol du 36" : les féministes saluent la condamnation notable des deux policiers
News essentielles
"Viol du 36" : les féministes saluent la condamnation...


« On ne fera pas de miracle, mais on peut dire à la SNCF que s'ils sont des incapables et qu'ils ont mis des escrocs à la tête de SeaFrance, ils vont l'aider à se relever ». Ces déclarations d’Arnaud Montebourg publiées en septembre dernier lui ont valu d’être condamné pour injure envers Pierre Fa, Katherine Burro-Fleta, Jean-Claude Dechappe, Jean-Luc Drugeon et Vincent Launay, d'anciens membres de la direction de SeaFrance. L’ancien avocat devra verser 1 euro de dommages et intérêts et devra verser 3 000 euros au titre des frais de justice. Il devra également faire publier sa condamnation à ses propres frais dans la Voix du Nord.

Une condamnation qui soulève des remous à droite, l’opposition se saisissant de l’occasion pour rappeler l’engagement de François Hollande : celui de ne pas avoir autour de lui « à l'Élysée des personnes jugées et condamnées ». À droite, Nadine Morano a tout de suite demandé sur BFMTV « la démission immédiate » de M. Montebourg, « au regard du principe édicté par M. Hollande ». Le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, s’est quant à lui demandé si François Hollande allait appliquer ses « engagements électoraux ».
Mais le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a estimé que la condamnation d'Arnaud Montebourg, nouvellement nommé ministre du Redressement productif, n'était pas de nature à lui faire quitter ses nouvelles fonctions. « Toute condamnation qui disqualifierait un responsable politique pour des actes contraires aux valeurs de la République conduirait à l'exclure du gouvernement », a-t-il fait savoir dans un communiqué, avant d’ajouter qu’ « aucun membre du gouvernement n'est aujourd'hui dans ce cas de figure ».

Crédit photo : AFP

VOIR AUSSI

Gouvernement Hollande : Jean-Marc Ayrault nommé Premier ministre
Qui est Jean-Marc Ayrault ?
Gouvernement Hollande : la liste des ministres
SeaFrance : liquidation définitive avec cessation d'activité